Inspiré par une image (Renaud et poésie 1er mars 2017)

19 mars 2017

Ne te cache pas jolie nymphette

Pour décoder le beau billet

Que t’a caché le poète

Entre les pierres du muret.

 

Pour décoder le billet

Ton coeur bat trop la chamade

Entre les pierres du muret

Chaque jour a ton aubade

 

Ton coeur bat trop la chamade

Tu ne peux le dire à personne

Chaque jour a ton aubade

Comme Noël en personne.

 

Tu ne peux le dire à personne

Tu te caches dans les fleurs

Comme Noël en personne

Quand il arrive, ce bonheur.

 

Tu te caches dans les fleurs

Et leur parfum qui t’enivre

Quand il arrive, ce bonheur

Explose en fureur de vivre.

 

Et leur parfum qui t’enivre

Qui t’embaume tout entière

Explose en fureur de vivre

En doux rayon de lumière.

 

Ne te cache pas, jolie nymphette

Toi, embaumée tout entière,

Va rejoindre le poète

Va partager sa lumière!

Notre TATA

18 mars 2017

Lorsque je sarcle les fraisiers

Je vois notre tata sans cesse

Qui s’affairait dès le lever

A la binette,sans paresse

 

Je vois notre tata sans cesse

Avec un chapeau de paille

A la binette sans paresse

Tablier serré à la taille.

 

Avec un chapeau de paille

S’acharner dans les allées

Tablier serré à la taille

Les mauvaises herbes à chasser

 

S’acharner dans les allées

Qu’importait le chaud ou le froid

Les mauvaises herbes à chasser

Sinon jardin en désarroi

 

Qu’importait le chaud ou le froid

La terre ,elle, n’attend pas

Sinon jardin en désarroi

Si pas récolte, pas  repas

 

La terre, elle n’attend pas

Dos en compote ou mal de bras

Si pas récolte, pas repas

Faut travailler! ya pas! ya pas!

 

Dos en compote ou mal de bras

Dans une ferme, c’est comme ça

Faut travailler ! Ya pas! Ya pas!

De choix, il n’y en a pas!

 

 

Mais votre parole…

17 mars 2017

Eh! Quatre pour cent deux mille douze

Ne nous faites pas Guernica

On ne veut pas de votre partouze:

La primaire a montré ça.

On sait bien que votre parole

Vous la suivez si ça vous chante

En cinq ans vos paraboles

Ont fait mal dans la descente.

Chasser les déserteurs fiscaux

Vous fûtes bien incapables

Mais livrer _ hein _ Manolo

Aurore Martin fûtes coupables.

Vos fameux quarante neuf trois

Pour passer lois impopulaires

A l’encontre des professions de foi

Qui vous permirent d’être aux affaires

Une fois de plus voulez montrer

Que du peuple vous vous fichez

Eh! bien! Partez! PARTEZ! PARTEZ!

Pantoum 2

16 mars 2017

Quand je vais vers le trempoline

Un doux parfum de violettes

Vient caresser mes narines

J’en suis charmé c’est la fête

 

 

Un doux parfum de violettes

Il monte du beau tapis bleu

J’en suis charmé: c’est la fête

Vive la vie! Vive les jeux!

 

 

Il monte du beau tapis bleu

Chut! S’est étendu en secret!

Vive la vie! Vive les jeux!

Bien à l’abri le long de la haie.

 

 

Chut s’est étendu en secret

A l’endroit où j’aimais souvent

Bien à l’abri le long de la haie

Couvrir de baisers fervents.

 

 

A l’endroit où j’aimais souvent

Dans un geste d’amour ardent

Couvrir de baisers fervents

Une conquête du moment.

Pantoum

15 mars 2017
Le prunier du verger  ce matin a étalé
Une nuée de fleurs d’un blanc immaculé.
Un essaim d’abeilles par leur suc attiré
S’affairent de leur dard, à bien les féconder.
_
Une nuée de fleurs d’un blanc immaculé
Sur le cerisier s’est béatement posée
S’affairent de leur dard pour les bien féconder
Des insectes fervents qui viennent bourdonner.
_
Sur le cerisier s’est béatement posée
La douce tourterelle, roucoule énamourée
Des insectes fervents qui viennent bourdonner
Seront pour son repas le dessert assuré
_
La douce tourterelle roucoule énamourée
Elle prépare son nid au sommet du sapin
Seront pour son repas le dessert assuré
Les bourgeons vert tendre et les miettes de pain
_
Elle prépare son nid au sommet du sapin
Avec mille brindilles, mille tiges de foin
Les bourgeons vert tendre et les miettes de pain
Seront pour ses petits pas besoin d’aller loin.
_
Avec mille brindilles mille tiges de foin
Le nid sera douillet, et  solide à la fois
Seront pour ses petits pas besoin d’aller loin
Les larves des chenilles dans leur cocon de soie .

Par le lucre dépravé

14 mars 2017

Hélas! Aucune stoppeuse…

La route parait ennuyeuse…

Tout juste, sur les bas côtés,

Des hôtesses prostituées

Dont la parfois extrême,jeunesse

Ne m’inspiraient que de la tristesse.

La LULU grande personnalité

Qui depuis plus de quarante ans

Au bord du bois était dressée

A laissé place à une, sûrement,

Tout juste, sur le papier,

Majeure, depuis quelques temps…

Pour donner quelque peu le change

Au lieu de rester seules debout

Elles sont trois elles s’échangent

Pour éviter les rapetous…

Je ne suis pas de leur clientèle:

Tout juste, je vois, parmi elles,

De jolies fleurs profanées

Par le lucre dépravé.

Pauvre hère!

13 mars 2017

C’est vraiment un pauvre hère

Tellement désargenté

Qu’en friperie ne pouvait guère

Réussir à s’habiller!

Son pauvre salaire

De misère

_Il n’avait vraiment rien à mettre_

Plus celui de sa Junon

Pouvait à peine lui permettre

De se loger derrière un pont!

Heureusement que compatissant

Un pauvre millionnaire passant

Put lui offrir incontinent

Un pauvre costume de mendiant!

Comment voulez-vous, messieurs-dames

Avec vingt R S A par mois

Survivre c’est là le drame

Cet exemple vous en fait foi.

Image d’oies blanches

12 mars 2017

Elles étaient quatre oies blanches

Dans un parc de gel fleuri,

Qui cacardaient un dimanche,

Près du bac en glace pris.

Que pouvaient-elles raconter

Ces commères endimanchées?

Parlaient-elles de leur jars

A les combler en retard?

Disaient-elles qu’il faut se méfier

Des plats de maïs fourrés?

Sentaient-elles venir de loin

De dangereux ennemis armés?

Ou regrettaient-elle le foin

De leur case bien tapissée?

Elles étaient quatre oies blanches

Dans un parc d’hiver paré

Ignoraient étaient trop franches

Que le renard était caché.

Et sur le sol de sang souillé

Elles ne restèrent que trois

Entre les plumes éparpillées

A cacarder leur désarroi.

Inspiré par une image (FB)

11 mars 2017

OUI! suivons notre désir!

Croquons la pomme!

C’est le plus doux des plaisirs

Que Dieu accorda aux hommes!

Ne dites pas: « c’est pécher »

Il n’y a vraiment pas de mal

A du plaisir apporter

Dans un élan sans égal.

Ne dites pas « c’est pécher »

Il n’y a vraiment pas de mal

A du plaisir partager

Dans un divin festival.

Escroquerie

10 mars 2017

Ils croyaient avoir trouvé,

Trouvé la poule aux oeufs d’or,

Alors ils avaient ramassé

Tout ce qui était leur trésor.

Avaient investi

Leurs économies

Dans cette occasion si belle,

Parfois lui sans dire à elle,

Parfois elle, en secret de lui…

Et voilà qu’aujourd’hui…

Jamais, jamais, n’auraient pensé

Que ce grand monsieur en cravatte

Pourrait simplement les voler,

En faillite leur couper les pattes.

Jamais n’auraient imaginé

Que l’entreprise était fantôme

Pas possible! Un si bel homme!

Un être si raffiné

LUI? UN ESCROC?

Que cric me croque!

LUI? UN SALAUD?

Vous êtes sinoques!

1...34567...213