Je tourne en rond!

14 avril 2017

 

 

 

Je tourne en rond,

Je ronge mon frein

Ni Facebook ni rien de rien!

 

Je tourne en rond,

Je ronge mon frein

J’ai tout vérifié tout est bon

 

Je tourne en rond,

Je ronge mon frein

Encore pas d’internet ce matin

 

 

Je tourne en rond,

Je ronge mon frein

Mon téléphone n’a pas de son

 

Je tourne en rond,

Je ronge mon frein

Sur mon ordi pas de mention

Et flûte! Et zut!

13 avril 2017

Ce matin, chose bizarre,

Les ânes ne sont pas visibles.

Sont-ils partis, sans crier gare,

En suivant quelque nuisible?

N’étaient pas contents, hier,

Que je change leur parcours,

M’ont snobbé, d’un geste fier,

Pour protester tout le jour.

Ont refusé la carotte

Que je leur tendais gentiment,

M’ont tourné le dos et, crotte!

Fui derrière le bâtiment.

Il faudra donc que j’explore

Les recoins et les fourrés,

Suivre le clos _ ça j’adore!_

Pour tous les fils vérifier.

S’ils sont fâchés, inutile

De tenter de les appeler

Ne nous faisons pas de bile

Partons pour les rechercher!

les loups encore!

11 avril 2017

Les loups, les loups, les loups encore!

Quand arrêteront-ils de semer la mort?

Les chamois

Qui vivaient en harde dans le bois

Sont décimés

Des chevaux dans un parc rassemblés…

Un poulain éventré.

Les loups, les loups, les loups encore!

Quand arrêteront-ils de semer la mort?

Les juments

Etaient bien à proximité,  pourtant…

Eloignées

Par une partie de la meute assoiffée

N’ont pu frapper.

Les loups, les loups, les loups encore!

Quand arrêteront-ils de semer la mort?

Que personne jamais

Ne vienne défendre ces prédateurs

Je le vouerais

Aux pires supplices, aux pires douleurs.

Debout à me regarder

10 avril 2017

Elle était là contre le mur

A me narguer sans dire un mot

Ca devait lui plaire pour sûr

De me voir suer comme un chameau.

Le soleil était si brûlant

Et pas un seul coin ombragé

Elle n’était pas à moi pourtant

J’ai ressenti violent, violent,

Le besoin de fourrager

Dans ses replis les plus intimes.

J’ai glissé ma main sous sa jupe.

N’a pas eu de rejet infime:

De mon souci n’était pas dupe!

Et j’ai fouillé à tâtons,

Cherché la magique baguette,

Le point G qui, dit-on,

Lui ferait ouvrir les gambettes,

Dans un halo valeureux,

Pour me donner, âme vaillante,

Le bonheur, l’instant bienheureux

De son ombre bienfaisante…

 

LA PARASOLETTE!

Au rayon des promotions

10 avril 2017

Une magnifique déesse

Dans le rayon des promotions

Etudiait avec sagesse

La moindre des propositions.

Passant par là je lui sussurre

« La promotion du jour c’est moi

N’en doutez pas, je vous le jure »

Elle me sourit, j’en reste coi.

Comme de sa main furtivement

Elle cache un bijou distinctif

Je lui déclame deux quatrains

Juste de quoi piquer au vif

Rien que le temps

D’un instant

Tant pis pour la main de Fatma

Je suis sûr qu’elle rêva

Souvenir ….

9 avril 2017

souvenir…

C’était en 1962, j’étais interne  .  Un matin, nous fûmes  un certain nombre à trouver collé sur notre casier  un dessin de  cercueil…

Explication: tous ceux qui avaient milité pour la fin de la guerre en Algérie étaient visés. Un bataillon d’égarés de l’OAS  avait sévi…

Quand je lis que des journalistes ont reçu des lettres avec des balles à l’intérieur, je me dis que le monde n’a pas beaucoup évolué.

————————————————————————————————-

Ils peuvent bien parler de voyous de racaille

Si derrière leur ombre de vils hommes de paille

Se cachent des assassins prêts à tirer leur arme

A la moindre rumeur ou au moindre vacarme

A plonger le pays dans une vallée de larmes!

Le manque de policiers et aussi de gendarmes

De places en prison qu’ils dénoncent à grands cris

N’en sera que plus grand pour fermer leurs amis.

Gaspillage!

7 avril 2017

Oh! Lala! Quel gaspillage!

De la bonne farine blanche

Issue de nos labourages

De nos bonnes cultures franches…

La jeter sur un costume

D’au moins quatre mille euros

Ce n’est pas dans la coutume:

Le goudron ferait plus beau!

Avec en plus quelques plumes

Un peu partout sur le dos,

Du duvet de cygne blanc

Et des rémiges de coq

Et quelques pennes de paon!

C’est un gâchis qui me choque!

De la bonne nourriture,

Quand on a des excréments!

Il  faut aider  la nature

Respecter les aliments.

Ne les jetez pas aux ordures

HORREUR!!!!

7 avril 2017

Oh! Mon Dieu! C’est lamentable!

Il a osé le croiriez-vous,

Ce pauvre petit minable

Ne pas se mettre à genoux!

Tous les molosses de finance

Aboient et montrent les crocs

Honni soit qui mal y pense

Grognent et gonflent le dos!

Ces esclaves inconscients

Que leur cou porte un collier

D’où la laisse encore pend

Ne peuvent pas supporter

Cet horrible, horrible outrage

A leur infâme dressage

Ignorants qu’ils sont en cage

Les esclaves d’un autre âge.

Oh! Mon Dieu! C’est lamentable

Il a osé le croirait-on

Sans cravate de notable

Venir à la télévision!

Merci à mes visiteurs

5 avril 2017

MERCI A MES VISITEURS: hier vous fûtes 538 à visiter mon radeau.

Je suis très flatté!

MERC! MERCI! MERCI! MERCI!

Morilles

5 avril 2017

J’ai découvert trois morilles

Dans la haie de mon jardin

Je ne suis pas de ceux qui pillent

Les bois, les champs, les chemins

Mais ces trois jolies éponges

Bien émincées dans des oeufs

Me feront c’est sûr, j’y songe

Un repas bien savoureux.

Autrefois, dans mon enfance

Les yeux de lynx prétendaient

Que pour que je les ramasse

Les champignons me taclaient.

Mais mes yeux dans les nuages

Voyaient mille et un projets

Que leur terre à terre ramage

N’imagineraient jamais.

J’ai découvert trois morilles

Je n’en suis pas plus malin:

Elles rêvaient comme des filles

Que je leur tende la main

1...34567...216