signes du destin?

5 mai 2011

 Il y a des jours bizarres où le passé vous saute à la gorge… 

Hier, nous allions au Mac Do avec les petits-fils, une famille était là , comme nous, trois enfants avec les grands parents… 

Pour une fois, ce ne fut pas moi qui ouvris la discussion : la grand-mère nous fit remarquer avec le sourire que nous avions pour le jour la même fonction… 

J’en profitai pour radoter une histoire auprès de ses petits enfants… 

Au bout d’un moment, les enfants se retrouvèrent tous à jouer dans le labyrinthe, le grand-père était comme moi à attendre qu’ils aient épuisé les joies des aventures spéléologiques et autres… 

En parlant, je découvris qu’il participait à la reconstruction de la raffinerie de Feyzin après l’explosion de 1966 … et que nous avions été plus ou moins voisins à cette époque puisque j’avais été nommé dans l’école située juste au ras de ladite raffinerie (école qui avait subi de gros dégâts)… Mais ce n’est pas tout ! il m’apprit que son épouse était professeur. 

Provocateur comme toujours, dès son retour, je lui dis qu’il valait mieux être instit que prof : « au Maitre on se réfère, le prof enseigne quelques heures » 

La voilà qui me rétorque qu’elle était normalienne 

COMME MOI ! 

De la promotion…(je passe sur les années)… 

COMME MOI ! 

Mais pas dans la même ville… ah ! …Mais transférée à Grenoble pour les 2 dernières années 

J’étais à Grenoble ! d’accord, à l’Ecole Normale de garçons (et il y avait peu de possibilité de rencontrer les Normaliennes cloîtrées comme des nonnes sauf… pour le cours de math reçu à l’EN de garçons dans la salle voisine de notre classe.) 

Prenant les devants, je lui ai dit que j’étais l’hurluberlu qui avait ciré leur classe afin qu’elles soient reçues avec la courtoisie qui leur était due… 

Jusque là, coïncidences c’est tout ! 

Mais ne voilà-t-il pas que, pour distraire les petits nous les emmenons au « village des ours et des poupées »de LENS LESTANG 

Là, je découvre que celui qui tient l’établissement a habité à 200 mètres de chez nous pendant plusieurs années sans que nous nous soyons rencontrés ! 

 

Le soir, je ne sais pourquoi, je me sentais tout bizarre ! 

…et le lendemain, j’entends à la télé l’air de
la Péricole que notre prof de musique chantait au dessert des grands repas de fête à « 
LA NORM’ » sans être superstitieux, ne serait-ce pas un signe que je fais bien de consigner ici les choses qu’il me paraît important de ne pas laisser perdre ?
 

deuil

4 mai 2011

 

Le monde est vide soudain

Parce que tu n’y es plus

Le monde me donne faim

D’aimer encore plus

J’ai cherché vainement

Sur d’autres visages

Ton visage charmant.

J’ai cherché vainement

Dans une ville hostile

Qui pleure dans le vent

Un peu de joie utile

Qui dure très longtemps.

Sur chaque visage

Et sur chaque photo

Sur chaque affichage

Et sur chaque tableau

J’ai recherché ton nom

J’ai recherché tes yeux

J’ai recherché ta voix

J’ai recherché la joie

Et j’ai formé des vœux….

Le monde est vide sans toi

Il sera plein sans moi !

j’avais cherché

4 mai 2011

J’avais cherché partout

Dans un rêve insensé

Un cœur pour dire « nous »

Et j’avais exploré

Tous les riches repaires

Et n’avais pas trouvé.

Tout autour de la terre

J’avais cherché amie

Une âme, une mère

J’avais cherché la vie

Et sans jamais trouver

J’étais reparti…

J’ai cherché l’ange, aux cieux

Que je puisse adorer

Avec qui être heureux

Et par qui être aimé…

Et j’ai trouvé tout près

En ta beauté bohème

Comme un soleil d’été,

Un sourire que j’aime…

l’horloge

4 mai 2011

Maîtresse horloge

Bien droite dans sa loge

Avait accoutumé

De tenir éveillés

Les dormeurs trop légers

Lors, l’un de ceux-ci

Dans moment de dépit

Voulut faire arrêter

La cloche intempestive

En une action furtive,

Y glissa deux papiers

Comme dans coffre-fort

D’un coup de balancier,

L’horloge se vengea

La teneur en changea

D’un coup de mauvais sort

Vous qui me lisez

Si vous utilisez

Leur coffre comme loge

Méfiez-vous des horloges !

Un tic à gauche

C’est dans la poche

Un tac à droite

Rien dans la boite !

Chats? chats?

3 mai 2011

 

 

De quels chats parlez-vous ?

Des chats de la toile ?

Du réseau ?

Des chats-pots à fourrure tout doux ?

Des chats-peaux ?

Des chats-grains qui les yeux voilent ?

Des chats-sœurs couverts de sang ?

Des chats-leurres toujours ouverts ?

Des chats-mannes mystérieux ?

Des chats-cals envieux ?

Des chats-chats-chats- endiablés ?

Des chats-lits ciselés ?

Des chats-laids de Savoie ?

Des chats- pelles en bois ?

Des chats-loupes titubants ?

Des chats-hue ! éclatants ?

Des chats-langes enveloppants ?

Des chats-loirs indifférents ?

Des chats-touilles remuants ?

Des chats-mois alpinistes ?

Des chats-foins hypocrites ?

Des chats-ours fondants ?

Des chats-pîtres passionnants ?

Des chats-ponts stériles ?

Des chats-ronds habiles ?

Des chats-rentes maritimes ?

Des chats-taux sublimes ?

Des chats-teignes grillées ?

Des chats-teints foncés ?

Des chats-mots endormis ?

Ou des chats qui la nuit sont gris ?

DES DOUX CHATS DE MON AMIE!

copine du temps du forum amitié de club internet

3 mai 2011

….. Avant que Bouygues vienne tout gâcher

 

C’était une fille hyper chipie

Qui taquinait tous ses amis

Les gros les grands et les petits

Au parc au centre et sur l’ordi

Elle avait un gentil mari

Qui travaillait toutes les nuits

Et pendant qu’il portait colis

Elle tchachait, maniait souris

D’une bouleversante énergie

Elle était là jusqu’à minuit

Moitié figée sur son ordi

Et promettant à tous bibis

Mais dans son cœur restait tapie

UNE TENDRESSE INFINIE

 

surprise!

3 mai 2011

Jolie surprise pour moi ce soir : 

Une petite touffe de poils noirs 

Voilà qui attire mon œil indiscret 

Approchons pour voir ce que c’est … 

Cela paraît être vivant 

Cela remue doucement… 

Imperceptiblement 

Ma main se tend… 

Sensation chaude sur la peau 

Relief varié en monts et vaux 

??????? 

 Ma lapine noire, vierge à mon avis 

A ma grande surprise a fait un nid 

poésie hautement mécanique…

2 mai 2011

Un tout petit trou dans un tronc :

Voilà un arbre de transmission !

tilleul

2 mai 2011

Ton ombre bienveillante

Invite à méditer.

Les jours de détente,

Les soirs de l’été,

En fleurs, ton arôme,

Un doux somme

Légèrement évente.

erable

2 mai 2011

 

Enlumineur des bois

Repaires d’orignaux

A

Boire ton sirop

Le QUEBEC se fait joie

Et tu chantes en sabots lorsque revient le froid

1...215216217218219...241