Progrès?

10 mars 2019

Un malade , par visioconférence,

A entendu qu’il allait mourir.

La mort n’a pas d’indulgence

Lui échapper? On peut courir!

Mais apprendre cette évidence

Sur un écran de « providence »

Cela choque quelque peu!

Cela ne devrait pas avoir lieu.

Il est un conte que j’adore

La mort se trouvant prise,

Au bienfaiteur, promit, à l’avenir,

Non de lui sauver la mise;

Mais d’assez tôt l’avertir…

Il fut surpris pourtant!

L’accusant de trahison…

« Tais-toi, dit-elle, tu mens!

Et en voici la raison:

Chaque fois que tu as pris

Une ride innocemment

Tu n’as donc pas compris

Que c’était avertissement? »

 

 

Visite médicale

10 mars 2019

Ah! Que j’aime en fin d’hiver

Sans une toux, sans un revers

Quand, pour la visite trimestrielle

Contrôle de tension artérielle

Au cabinet de mon médecin

Qui est sympa, que j’aime bien

Pour un stage, une saison

Une déesse est en fonction…

Cette année encore, joie

En arrivant je la vois.

Elle parait jeune et timide

Je n’ai pas envie de la choquer

N’ai même pas demandé la musique

Pour accepter de me déshabiller.

Lui ai juste déclamé

Mon poème préféré.

 

 

 

 

Horreur!

8 mars 2019

Quel désarroi, quelle tristesse!

Son aura s’est d’un coup éteinte

Il est envahi de faiblesse

Sa réputation est atteinte!

Pensez donc imaginez

Il fut vu, vu, vu, vu, vu

Hélas! Sans erreur reconnu!

Quelle honte lui est infligée!

Devra sans doute raser les murs

Mourra d’envie de se cacher

C’est un drame c’est bien sûr

Mort au bavard qui l’a trompé!

Dans tout son monde de rapaces

Cette indélébile trace

Le suivra sa vie durant.

La prison? Point dérangeant!

On a vu dans une voiture

Carlos Ghosn le PDG

Dans les habits de la roture

EN COSTUME D’OUVRIER!!!!

 

Troc????

7 mars 2019

Je ne suis qu’un pauvre béotien:

J’ignorais que, quelque part,

Une histoire partie de rien,

D’un trombone troqué au hasard,

Avait abouti à la fortune.

Pour moi de troc, il y avait _ et d’une _

Le conte du vieux parti au village

Vendre son cheval (?) sa bête

Qui d’échange en échange

Finissait avec des pommes blètes.

Donc comme je marchais dans la rue,

Un groupe de jeunes m’aborde…

Non! Pas de manière incongrue,

Pas d’attitude qui mérite la corde.

« Nous échangeons ce morceau de fromage

Que nous donnez vous en échange?

Je fus un peu bien surpris:

N’avaient pas l’air de faire la manche

_ Je n’ai rien, mes pauvres amis,

Mais voilà, de manière franche,

Je vous offre une poésie… »

Ils en restèrent fort surpris!

Comme le vieux du conte d’Andersen

Qui finalement gagna un sac d’or,

Je leur souhaite un trésor,

Qu’ils aient, aussi, beaucoup de veine.

 

CF/ « Tout ce que fait le vieux est bien fait »

 

 

 

 

Ce n’est pas en ….ant!

7 mars 2019

Ce n’est pas en éborgnant

Qu’on ferme les yeux des gens.

Ce n’est pas en écrasant

Qu’on les rend obéissants.

Ceux qui se sentent choqués

Qu’on parle de petits marquis

Ne seraient-ils pas concernés?

Seraient-ils si respectueux

Du petit peuple qui subit

Leur arrogance de nantis?

Seraient-ils si vertueux?

 

 

 

Quatre heures du mat’

5 mars 2019

Quatre heures du mat’ t’es réveillé

Par une alerte aux fumées

Tu te lèves d’un bond

Tu aères les environs

Mais d’où sort donc cette odeur?

A te soulever le coeur

Tu vois ton mur qui s’est fendu

Qui brûle sous tes caresses

C’est dans le conduit comprends-tu

Que se prépare la détresse

Tu as bien pour calmer le jeu

Un extincteur à poudre

Mais allez donc dans le milieu

De la cheminée la…. moudre

 

Mieux vaut appeler les pompiers

 

 

Ma cheminée

5 mars 2019

Ma cheminée

A trop brûlé

Le mur chauffé

A éclaté.

Pendant qu’je dormais cette chaudasse

A exhalé des gaz dégueulasses.

Peut-être l’avais-je trop chargée

De bois sec à volonté?

Quand les pompiers

Sont arrivés

J’avais déjà bien dissipé

Les épaisses fumées

La cloison voulait trop cramer

De beaucoup d’eau l’ont arrosée

Mais Vulcain avait trouvé

De quoi nourrir sa volonté

De dévorer!

 

 

 

« Le mariage forcé » de Molière par la Bartifelle

4 mars 2019

S’attaquer au Molière rustique

En en conservant toutes les formules

C’était gonflé, téméraire.

Même avec une culture « antique »

(On  comprend entre les virgules

Mais guère le vocabulaire

De ces pseudo scientifiques)

Consultés bizarrement.

Les règles de vie de l’époque

Dépassées depuis longtemps

Duel? Nos jeunes se moquent

D’un motif aussi fallacieux!

Même le clin d’œil « contemporain »

Adamo chanté avec entrain

N’était pas l’air de demain

Bien jouée la pièce amuse

Les adultes et les vieux

Mais les jeunes si je ne m’abuse

Devraient étudier auparavant

Les us en vigueur de ce temps.

 

 

Le décor était pensé pour spectacle sans micros: scène partageant la salle en deux groupes de spectateurs.

Coulisses aux deux extrémités

SALLE DES FETES de St Hilaire du Rosier

4 mars 2019

Oyez, oyez bonnes gens

Au sein de la salle des fêtes

Un spectacle sera donné…

Hâtez-vous braves gens

La salle n’est pas grandette

Les places seront comptées…

A St Hilaire du Rosier

Le village est disséminé

Salle des fêtes, faut trouver

Au feu veuillez tourner à gauche

Une flèche est apposée

N’ayez pas l’œil dans votre poche!

Mairie, salle des fêtes, école,

La direction est bien la bonne

Pas question d’angoisse folle

Mairie, école, mauvaise donne,

Salle peut-être un peu plus loin…

Pendant qu’au clocher l’heure sonne

Nouveau panneau placé  au coin:

Cimetière, salle des fêtes

Les tombes sont là au moins!

Mais vous pouvez tourner la tête

Ecarquiller très grand les yeux

Alentour pas de salle des fêtes …

Au bout de près d’une lieue

Vous vous sentez malheureux

Des randonneurs valeureux

Vous renvoient au bout du pays…

Roulez, roulez mes bons amis

Un kilomètre et demi.

Dans l’autre partie du village

Près de la gare de triage

Se trouve la fin du voyage

Ah! mais voilà, à cette heure-ci

Toutes les places sont parties!

La ronde pour survivant?

3 mars 2019

Comme un étau qui opprime

M’a coincé un beau matin:

« Tu es au bout de ta prime

Ton compte arrive à sa fin »

 

 

Je lui ai dit:  » non, pas encore:

Je veux sentir le printemps

Et l’été qui les blés dore

Et l’automne aux fruits pimpants »

 

M’a épaissi l’atmosphère

Fait haleter bruyamment

M’a fait gonfler les artères

Brouillé l’esprit mollement

 

 

Je lui ai dit;  » non, pas encore:

Je veux sentir le printemps,

Et l’été qui les blés dore

Et l’automne aux fruits pimpants »

 

Elle tournait, menaçante,

Comme l’urubu qui attend.

Il y avait grande pente,

Un glacier super glissant.

 

Je lui ai dit: » non, pas encore:

Je veux sentir le printemps,

Et l’été, qui les blés dore

Et l’automne aux fruits pimpants »

 

Comme une bête puante

L’est venue me renifler,

M’a désigné une sente

De sa main toute décharnée.

 

Je lui ai dit: » non, pas encore:

Je veux sentir le printemps,

Et l’été, qui les blés dore

Et l’automne aux fruits pimpants.

 

Le jour se lève encore.

Je vois clair, je suis vivant.

C’est le beau cadeau du sort…

Vive la vie! Vive le chant!

 

 

12345...272