Oraison funèbre IV

8 décembre 2017

Elle était de cette génération

Qui avait connu la guerre

La guerre et ses privations

Et pour qui se plaindre,même guère,

Est un déshonneur sans nom.

Ah! face à une octogénaire

On ne craint vraiment pas grand chose

De l’EDF, les pontes

Ont bien étudié la cause.

Voyons! Voyons! le ton monte

Zavez qu’à vous débrouiller

C’est sûr mauvaise volonté!

Tout coupé!

Tout coupé!

Elle aurait du supplier

Se mettre à genoux implorer

Mais on a respect de soi-même

Quand on est né aussi loin

On fera face quand même,

Mourir oui, mais mendier point

Oraison funèbreIII

7 décembre 2017

Ah! les médias ont fait silence

Sur votre départ impromptu

C’est vrai que vous représentiez la science

En des périodes de « m’as-tu-vu ».

Vous n’avez, c’est vrai, apporté

Que l’audace de greffer

Un nouveau cœur, voire cœur/poumon

Voire même cœur artificiel

Sur des malades que, dérision,

On désignait déjà pour le ciel,

On considérait comme foutus.

Partir ainsi sans un merci

Quelle injustice incongrue

Que ma petite voix ici

Soit celle de tous les silencieux

Qui n’ont ni micro

Ni radio

Pour exprimer leur adieu

 

 

 

 

Oraison funèbre II

6 décembre 2017

Ah! Ce n’était pas ROSSI,

Encore moins CARUSO,

Pour asséner ses criailleries,

Il avait besoin d’un micro,

De sunlights, d’une sono,

A faire meugler les taureaux.

Tant en ville que dans les hameaux,

Toutes les filles ruisselantes,

Se trémoussaient en le voyant.

La jeunesse trépidante,

En ses concerts débordants,

Dans la salle de spectacle,

Complètement déboussolée,

Ne laissait qu’une débâcle

Un local démantelé…

Je n’aimais pas ses paroles.

Je détestais sa musique.

Pour de sombres histoires de fric,

La Suisse, il avait préféré,

Pour de sombres histoires de fisc

En Amérique s’en est allé…

L’est venu mourir en France,

Là où il était mieux soigné,

Où déposer sa souffrance.

Paix à lui , calme et sérénité!

 

Oraison funèbre I

6 décembre 2017

Je ne partageais pas ses idées

Je le trouvais trop attaché

A une vieille conception

De la vie, de la Nation…

Il s’est éteint dans la nuit

Doucement, comme une bougie.

Au milieu des divergences

Il émanait toujours de lui

Une certaine bienveillance.

Comme de l’automne, les fruits,

Ses écrits se savouraient

Immortel, il l’était, il l’est

 

Scène de ménage

5 décembre 2017

 

Je somnolais dans ma sieste

Emmené dans des visions

Enivrantes et plutôt lestes

De fantasmes de passions…

Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!

Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!

J’ai été soudain réveillé

Par un violent cri perçant….

Cela venait du clapier….

Je me couvre rapidement

J’y cours… je m’attendais

A trouver un prédateur

Qui ce désordre créait…

Un renard dévastateur

Une fouine sanguinaire

Mais je n’ai rien aperçu

Tout était bien ordinaire

Sauf, peut-être, je l’ai vue

Une touffe de poils gris

Que la plus grosse lapine

Sur le dos de son « mari »

Avait arrachée _ coquine _

Dans un accès de fureur

Ou peut-être d’amour rageur…

sapin

4 décembre 2017

«  »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »Je«  »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »"…………..             ..

«  »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »"suis »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »………….

«  »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »"le roi de la fête«  »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »"……………

«  »" »" »" »" »"«  »" »" »" »" »" »"roi éphémère c’est te, »«  »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »……………..

«  »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »mais, de mes boules, décoré, »" »" »" »" »" »" »" »" »" »"……………

«  »" »" »" »" »" »" »" »" »" »de lampes, de guirlandes dorées «  »" »" »" »" »" »" »" »" »"…………..

«  »" »" »" »" »" »" »" »c’est  à  mon  pied  que  les  cadeaux«  »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »"

«  »" »" »" »" »" »" »" »" »s‘entasseront par monceaux!«  »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »" »"

Rififi dans la famille NOËL

3 décembre 2017

Famille NOËL est réunie:

Y en a marre de ce grand-père

Qui gaspille tous ses pennys

Pour les enfants, lonla, lonlaire!

 

Pour mieux se livrer à sa manie

A pris un hélicoptère

Qui gaspille de l’énergie

Pour les enfants, lonla, lonlaire

 

On pensait que c’était fini

Par ses douleurs articulaires

Mais il s’entête dans la folie

Pour les enfants, lonla, lonlaire.

 

Depuis que les mages ont porté

En cadeau des parfums mystères

Il veut à tout prix gâter

Tous les enfants, lonla, lonlaire.

 

Et quoi que disent les ronchons

Qu’ils aillent se faire lanlaire

Le vieux écoute la chanson

Vive NOËL! lonla lonlaire.

Hiver

2 décembre 2017

Neige tombée en abondance

Arbres courbés sous le faix

Rester au chaud

 

Tout est blanc tout est silence

Calme sentiment de paix

Très beau tableau

 

Dans le jardin les salades

Sont cachées entièrement

Pensez endives

 

N’allez pas être malades

Bottes fourrées sûrement

La grippe arrive!

 

Et si rétrécis, les jours

Sont de plus en plus courts

Rêvez d’amour

 

 

 

 

Neige

1 décembre 2017

Neige en épaisseur..

Voir si les ânes,

Eblouis par la blancheur,

N’ont pas joué la tramontane…

Car il arrive parfois,

Que, traversant le bois,

Ils partent à l’aventure

Croyant trouver meilleure augure,

En trottant,

Le nez au vent,

Et, afin de le prouver,

De rentrer chez la voisine

Pour risquer, finalement,

De se retrouver

Bloqués au fond de la piscine…

A moins que ne découvrant

La route ouverte par le tracteur

Ils ne se ruent marchant, courant

Avec une incroyable ardeur

Malgré mes appels suppliants

A la recherche de foin

Toujours plus loin

Jusqu’à ce qu’un gentil marcheur

Les voyant perdus sans licol

Ne leur bloque le passage

Le temps que je puisse par le col

Les calmer les rendre sages…

 

 

 

 

 

 

Baratineur

1 décembre 2017

Mon chien est un baratineur

Comment? vous me pensez farceur?

Je  vous assure, il a pourtant,

Pour s’exprimer, mille talents .

Dès que je sors, il vient à moi

Penche la tête d’un air suppliant,

« Dis, tu veux bien jouer avec moi?

Comme je secoue gentiment

La tête pour lui dire non

Il coupe le passage en roulant

Sur le dos comme en soumission.

« Juste un moment s’il te plaît!

Une léchouille câlin secret.

Il saisit  son ballon fétiche

Le pose devant mes pieds

En louchant  d’un air caniche.

_ Il sait vraiment me supplier _

 

 

12345...227