Archive de la catégorie ‘Non classé’

radotage :Pour des photos…

Mardi 11 juin 2019

Oyez, bonne gens la triste histoire de Jean, instituteur militant, écarté pour longtemps parce que son épouse haineuse et jalouse sut de quelques tirages provoquer les ravages 

Dans une cité de tours tutoyant les nuages Jean recherchait toujours, conviction de sage, le moyen de transmettre, et de faire connaître. Pour que ses élèves sachent  que le lait dans des briques n’est pas fait, mais bien au pis des vaches venu pour le veau, il eut dans son cerveau un éclair de génie : en une classe verte transplanter les petits. 

Oh ! tout se passa bien sans aucun anicroche : on fabriqua du pain, découvrit les galoches, on vit les vaches traites, les œufs au fond des nids, on sut reconnaître les plantes et les cris. Pour immortaliser chaque découverte, savoir utiliser l’appareil à photos, on jouait à la main verte, on plantait des graines dans des pots, on cliquait à loisir sur chaque instant cocasse, on prenait du plaisir à sublimer la classe. 

Or tant de dévouement ne fut pas du goût de la femme de Jean mère depuis l’août. Quoi ! la laisser seule pour suivre ces marmots, elle tira la gueule, ne mâcha pas ses mots. Au retour la mutique mégère pleine de sa colère chercha quel moyen rosse pourrait venger l’affront . Dans les photos des gosses, elle trouva le fonds : des photos sous la douche prises par un enfant pour la bonne bouche elle déroba prestement. Au juge des familles elle porta l’objet . La pedophilie ah !voilà son sujet ! 

Jean ne comprit rien à ce qui arriva .On le questionna, l’hystérie du moment en tout enseignant voyait un criminel : les propos de Royal avaient porté leurs fruits avant que son procès en chambre fut instruit il fut à tout jamais de classe interdit. Son enfant de six mois jamais ne revit.Et si tous les enfants ont réfuté les dires, si aucun des parents n’a jamais cru au pire, il a suffi d’une méchanceté 

D’une irresponsabilité pour détruire sa vie. QUE QUI VOIT MAL PARTOUT A JAMAIS SOIT HONNI

Qui fait la bue aux rogations sera au lit pour les moissons

Mardi 11 juin 2019

Comment faut-il interpréter cet adage?

Je me le suis souvent demandé:

Est-ce qu’il ne faut pas tant tarder

Aux rogations y a d’autres ouvrages?…

Je me souviens qu’autrefois

Pendant les jours de rogations

Avec des tiges de noisetiers

On fabriquait, faisait bénir des croix

A planter au milieu des blés.

Peut-être faut-il penser

Que les semis trop en retard

Ne donneront rien a moissonner

Qu’il vaudra mieux rester au plumard?

A moins, voyons, que la lessive

Ne soit jadis considérée

Comme une activité fautive

Qui porte malheur aux damnés.

Rumeur

Lundi 10 juin 2019

C’est il y a bien longtemps ( pensez! Macron était sans doute encore au jardin d’enfants !) pour la connaissance du village, j’avais proposé aux élèves de choisir chacun une association et de présenter un exposé. Exercice d’enquête, de rédaction, d’expression orale…

Je m’attendais à de petits textes succincts, expliquant les buts des amicales, leurs activités… Parfois les noms des responsables…

Quelle ne fut pas ma stupéfaction, moi qui débarquais dans la commune, de recevoir d’un parent d’élève une verte protestation. Sous forme vindicative, je découvris qu’une rumeur _ dont je risquais d’être le vecteur _ accusait un club sportif d’utilisation de produits dopants…

Comme quoi une initiative anodine peut frôler la catastrophe!

 

La vipérine

Lundi 10 juin 2019

J’aime beaucoup la vipérine

Aux grands, beaux épis bleus

Comme des yeux

De gamine.

 

Elle a envahi la vipérine

Toute l’entrée de ma maison

Mais attention

Ca me mine:

 

Malgré ta beauté, vipérine,

Je vais bien sûr te dépecer

Je vais te passer

En tisane.

 

 

 

 

 

 

 

 

3 JOURS DE PAUSE

Vendredi 7 juin 2019

BON WEEK END A TOUS

3 JOURS DE SILENCE

A lundi!

Souvenir: la chevrette empoisonnée

Vendredi 7 juin 2019

Il y a bien longtemps, j’étais encore enfant. Il y avait dans un coin de la grange un sac de sel rouge dénaturé destiné aux animaux. Le local devait toujours rester fermé, mais… Quand on est enfant et qu’on a envie de faire plaisir…J’avais peut-être bien fermé la porte, je ne me souviens pas très bien…

Nous avions une chevrette blanche que j’aimais beaucoup caresser, en voyant qu’elle aimait le sel, je l’emmenais parfois jusqu’à la réserve…

Ce jour-là, en passant à l’étable, mon père constate que la chevrette n’est plus attachée à sa crèche… On la cherche, on la cherche, on la trouve finalement attablée devant le sac de sel dont elle s’était repue.

On la ramène, on la rattache, mais une heure plus tard ses bêlements déchirants ont fait trembler les alentours.

Pour mettre fin à ses souffrances, il fallut la mettre à mort.

Et soixante dix ans plus tard, je me demande encore si ce n’était pas de ma faute…

Radotage: Le loup du Drien

Vendredi 7 juin 2019

LE LOUP DU DRIEN

Si vous vous promenez dans la commune de LANS EN VERCORS, vos pas vous porteront peut-être, en parcourant «
LA GRAND’MECHE » jusqu’au hameau des HERAUX (non, ne prononcez pas les HHHERÔ avec une hache inspirée comme les snobs ignorants : jamais personne ici n’a annoncé de bonne nouvelle, ni joué de trompe, ni gagné de grande victoire… ne dites pas non plus les ZEROS comme les rien du tout….il en est qui ont très bien appris à lire et à compter dans l’école du hameau !……iI faut dire qu’autrefois, le pays subissait la domination d’un seigneur tellement violent et injuste que, dès qu’il passait par cet endroit, il n’hésitait pas à fouetter pour le plaisir le pauvre paysan qui pouvait se trouver à portée de sa cravache…par dérision, les autres habitants de la vallée les appelaient donc « les heureux »…lous hérous en patois
La faute d’orthographe d’un géographe a transcrit « lous hérous » en LES HERAU..TS…ou DS , et ceci est confirmé par le fait qu’un autre hameau du pays, situé entre des collines escarpées que le cheval du seigneur refusait de gravir, s’appelle « LES MEILLOUX » c’est à dire en patois : les meilleurs !
Donc, si vous arrivez près de cette petite école, en remontant tout droit en direction de la montagne, vous pourrez arriver à un endroit que l’on appelle
LA MICOLETTA.
Là, il y a une centaine d’années, vivait un drôle nommé ADRIEN, mais que chacun, dans le pays appelait « LE DRIEN DE
LA MICOLETTA ». Son habitation était une petite masure : une seule pièce d’habitation, dans laquelle la porte du placard s’abattait pour former une table au moment du repas, (la paillasse pour dormir redressée dans le coin pendant la journée prenant toute la place la nuit) une étable juste assez grande pour deux vaches et une chèvre, une grange…LE DRIEN était un brave homme, un peu naïf, un peu « jean » comme on disait parce qu’il faisait tout lentement et parce que, n’ayant pas beaucoup d’ouvrage et ne sachant pas lire…la radio n’étant pas près d’exister…il trompait le temps en buvant des canons à chaque occasion…
Un matin d’automne, voilà notre DRIEN qui lie ses deux vaches…AH ! NON ! PAS DES JAILLES ! !(pas des vaches pies)…DES BONNES VILLARD DE LANS FORTES ET GENEREUSES !…il n’en avait que deux : une vieille et décatie et une jeune à peine dressée…mais on lie ce qu’on a !…et le voilà parti à monter lentement car le vin de la veille avait été copieux et que la pente est rude pour monter AUX ALLIERES et puis le chemin est encombré de rochers qu’il faut contourner…Un pas après l’autre,comme les montagnards, après les clapisses du SEYARE, il arrive au tournant du chemin surplombé par un rocher…il marchait lentement, la tête baissée, quand, d’un coup
LA PARISE (c’était la plus jeune de ses vaches ) fait un bond de côté.
« ALLONS, BON ! PARISE ! Qué que t’â »…Il la pique avec l’aiguillon, il crie, jure vitupère, rien à faire :
LA PARISE , au lieu de marcher droit,
LA PARISE recule et la vieille PILOUNE qui a toujours obéi recule aussi….
« AH ! BEN ! nous voilà beaux ! OH ! OH ! OH ! »…Il passe sur la gauche, les vaches se retournent et prennent la descente…il court, se place devant elles, leur tape sur le nez, tire d’un côté, de l’autre, crie » à revireu » »…PAS MOYEN DE LES FAIRE REMONTER.
Tout à coup, en bataillant pour les faire retourner, il lève les yeux, et là !…Ah ! mes amis !… Il voit UN ENORME LOUP NOIR QUI CLIGNAIT DES YEUX ET QUI LUI SOURIAIT.
Il n’avait rien , LE DRIEN, que son aiguillon, et contre un loup, un aiguillon, c’est bien peu ! ….Sans plus penser à tracasser les bêtes, voilà que la descente tout d’un coup lui fait fête….Si bien que
LA PARISE même, malgré sa jeunesse a bien du mal à le suivre….
En arrivant en bas, pâle et couvert de sueur, il rencontre LE MILE, son voisin qui montait justement abattre un arbre.
« Ah ! mais qué que t’â DRIEN ? T’auriâs pas veu le diâble ?
–Le diable, non, mais y a un loup sur le replat !
–In leu ! y a au moins cent ans que n’a pleu ! …attins »
LE MILE va chercher sa « drétâ », la hache à large lame qu’il utilisait pour tailler les poutres, LE DRIEN attache ses vaches à l’anneau scellé dans le mur de la cour, prend sa « martelle » qui forme masse d’un côté et fend le bois de l’autre . Ils montent sans bruit jusqu’au rocher repaire….mais là….pas plus de loup que de fraises en hiver !…Ils cherchent que te cherchent ….ne voient pas de loup, pas de trou, pas de trace du tout.
« Oh ! mais , DRIEN, t’auriâ pas deujeu in pô beu ? » demande LE MILE qui hausse les épaules….Il avait bien failli le croire ! Puis , continuant à grimper il se rend au bois sans se soucier plus…
LE DRIEN redescend vers ses vaches encore toutes fumantes de la course et de peur. Il leur frotte le dos avec de la paille, leur donne à boire un seau d’eau fraîche, leur donne une poignée de sel, ajuste la martelle sur le gros joug de frêne, prend l’aiguillon glissé entre les « joucles » et reprend la montée en regardant bien partout….car après tout, un loup, même parti, un loup, ça reste un loup !

Avant de s’avancer un peu près du rocher, il regarde deux fois : LE LOUP EST ENCORE LA !
En deux temps, trois mouvements, la martelle est déliée…LE DRIEN se retourne, la hache haut levée…le loup a disparu.
Alors notre DRIEN qui sait ce qu’on va dire monte jusqu’à la roche, regarde bien partout.
PAS DE LOUP, PAS DE TROU, PAS DE TRACE DU TOUT !
Pour un jour, c’en est trop ! Il redescend chez lui, met ses vaches « à la bade » et se prend UNE CUITE…qui l’endort au soleil juste devant la porte….Ce que LE MILE , en passant, constate en riant !..LE DRIEN ET SON LOUP ! ON EN RIRA LONGTEMPS !
Il en parle partout : au JOSEPH, au MARIUS
« Ah ! dis donc MARIUS, LE DRIEN, c’est bien ton beau-frère, tu devrais le surveiller ! Il voit des loups partout !…Il en avait soi-disant vu un sur les replats…Tu parles ! Il est ivre-mort devant sa porte à dix heures du matin ! Des loups de tonneau, oui ! Des loups de cave. »
Et le soir, quand les voisins se retrouvaient pour jouer aux cartes, tout le monde riait aux éclats : « Ah ! Ah ! LE DRIEN ! Il voit des loups de tonneau ! Il voit des loups de cave !… »
….OUI !…mais le lendemain, quand LE MILE est allé aux champignons, il est passé près du rocher….Machinalement, il a regardé…IL Y AVAIT UN ENORME LOUP NOIR QUI CLIGNAIT DES YEUX ET QUI LUI SOURIAIT ! ! ! ! !
Là, c’était différent, il ne buvait jamais trop….Il redescend en appelant :
« Eh ! DRIEN ! Ton loup, je l’ai vu ! MARIUS ! JOSEPH ! ! JULES ! ! ! Venez vite ! Le loup existe bien ! »
Chacun prend ce qui lui tombe sous la main pour aller chasser le loup : une pique, une pioche, une fourche, une faux….et les voilà qui montent le long du chemin…
Au tournant du chemin surplombé par le rocher, ils regardent :RIEN ! Ils fouillent partout :
PAS DE LOUP, PAS DE TROU, PAS DE TRACE DU TOUT !…

Et pendant tout l’automne, tous ceux qui montaient sans arme le long du chemin voyaient UN ENORME LOUP NOIR QUI CLIGNAIT DES YEUX ET QUI SOURIAIT. Ce loup, ce devait être le diable…alors ils en parlèrent au curé…

« Mes frères, dit le curé, au cours de son sermon du dimanche, il semble que le MALIN se manifeste sur un rocher…Dimanche prochain, nous irons en procession bénir le rocher, ainsi le diable sera chassé »

Et le dimanche suivant de psaumes en litanies voilà tous les paroissiens, leur berger en tête qui se rendent au pied du rocher…De loup, pas du tout! après l’aspersion, le curé fit un sermon stigmatisant tous ces pécheurs qui fournissaient une invitation au démon par leurs  excès, leur luxure et exhorta tout le monde à une vie sanctifiée…

Mais le lendemain, le premier qui monta auprès du rocher, vit UN ENORME LOUP NOIR QUI CLIGNAIT DES YEUX ET QUI SOURIAIT…. »Monsieur le curé! Monsieur le curé! le loup est toujours là ». Il fallait entendre le prêtre tonitruer le dimanche suivant contre toutes ses ouailles disciples de Satan! Il décréta 9 jours de prières : trois fois par jour, la cloche tintait et tous devaient s’agenouiller aussitôt, qui au bord du lit de sa M…, qui sur le tas de fumier, qui dans le fossé etc… Mais le dixième jour, le loup était toujours là!

Alors, dans le canton, on fit sonner le glas aux cloches, on décréta 40 jours de carême: défense de boire du vin, défense de manger de la viande et, chaque jour, trois fois, la cloche sonnait l’appel à la prière….Mais le quarante et unième jour, le premier qui monta le long du chemin vit UN ENORME LOUP NOIR QUI CLIGNAIT DES YEUX ET QUI SOURIAIT!!!!

Alors le curé prit ses responsabilités: il envoya une missive au grand inquisiteur dans laquelle il racontait toute l’histoire.

Le grand inquisiteur éclata de rire: »Ces gens de la montagne, ils n’y connaissent rien! Ils ont vu une bête noire et l’ont prise pour le diable! Je vais leur envoyer quelques soldats, cela suffira »

Les soldats sont venus, ils ont tué 20 loups gris au fond des Loubières, 40 chiens noirs que leurs maîtres avaient laissé sortir, 140 renards (mais ça seulement parce que les dames deviennent très douces quand on leur en offre un) puis, ne trouvant plus rien à tuer, ils repartirent…

Et le lendemain, le premier qui monta auprès du rocher vit UN ENORME LOUP NOIR QUI CLIGNAIT DES YEUX ET QUI SOURIAIT!!!!

Alors le grand inquisiteur s’inquiéta: »Il doit y avoir un sorcier ou une sorcière dans le pays.

Justement, il y avait dans le pays une fille très belle, très douce avec tout le monde et qui attisait la jalousie des commères…qui aussitôt la désignèrent. Elle fut arrêtée, questionnée, on lui arracha les ongles, les cheveux, les dents, on lui coupa même la langue… à un moment, perdant connaissance, sa tête fléchit… »Vous voyez! elle a avoué! »

On dressa un bûcher et on fit brûler son corps….

Mais le lendemain, le premier qui monta au pied du rocher vit encore le loup. Alors chacun suspecta son voisin: »c’est toi! je t’ai vu » _Non c’est toi  _c’est lui _c’est elle!… »

C’est alors que quelqu’un suggéra: »puisque c’est le Drien qui l’a vu en premier, ce doit être lui, le sorcier! Y a qu’à le pendre à un frêne et le faire brûler!_Pas possible! il est ivre du matin au soir! Il faut l’esprit clair pour faire venir le diable »

Entendant cela, le Drien se calfeutra au fond de sa cave…les tonneaux étaient là, c’était le plus important!

Et cela dura jusqu’au jour de la St Jean, ce jour-là, les jeunes avaient l’habitude de faire une bourde (un grand feu) et de chanter et danser autour du brasier…Mais ils ne voulurent pas installer le bûcher sur le lieu où la belle avait été brûlée… Ils le firent sur le rocher du loup. La fête battit son plein, certaines mauvaises langues prétendirent que bien des ventres s’arrondirent ensuite, mais, depuis, on ne parla plus du loup.

Cependant, si vous venez un jour près de l’école des Héraux, si vous montez sur le chemin de la Micoletta, lentement car ça monte et il ya des rochers en travers, si à ce moment-là, si vous n’éprouvez de haine envers personne et de l’amitié pour tous, vous verrez là-haut UN ENORME LOUP NOIR QUI CLIGNERA DES YEUX ET QUI VOUS SOURIRA

Oscar mérité!

Vendredi 7 juin 2019

Je vous décerne, madame,

L’oscar du visage fermé.

Vous le méritâtes, madame

Près de la pompe à air comprimé.

A mon bonjour, votre moue laide

Répondit, me toisant de haut:

Vous n’aviez, sûr, pas besoin d’aide:

Je devais partir au plus tôt!

Vous aspiriez avec délice

Nobles poussières certainement…

A ce point, c’est presque vice

Je dérangeais évidemment.

Je voulais juste sans panique

Comprendre le fonctionnement

De l’appareil automatique…

Battant du tapis, violemment

Vous maugréâtes « fichez le camp »

Suis vraiment désolé, madame,

D’avoir osé impudemment

Humer votre air , qu’on me damne

Je suis vraiment un délinquant!

Pour garder l’esprit encore clair

Jeudi 6 juin 2019

Pour garder l’esprit encore clair,

Chaque matin, dès le lever,

Quand d’autre vont courir,  trotter,

Moi je prends les mots à l’envers.

Ils sont croisés, entremêlés,

Je les découvre, je les choppe,

Bien planqués dans leur enveloppe

De lettres éparpillées.

Puis le cahier de mots croisés

Niveau quatre/cinq cela suffit

Je trouve je devine, j’écris

Parfois j’efface à la volée

Je range tout puis je ressors

Je recommence, je fonce,

Jusqu’à ce que l’auteur retors

Aux définitions absconses

Pour le cas ait capitulé,

Que son problème soit mort.

 

Radotage: pour ceux qui veulent visiter le Dauphiné

Mercredi 5 juin 2019
 

 

FALOTTON

FALOTTON s’ennuyait tout au creux de l’enfer : toujours ajouter du charbon, toujours retourner les âmes, entendre leurs cris, ce n’était pas très amusant. Lorsqu’il allait se plaindre au grand maître SATAN, celui-ci ricanait : on n’est pas en enfer pour prendre du plaisir !…Au bout de longues de plaintes et de récriminations, FALOTTON comprit que, pour obtenir satisfaction, il lui faudrait ruser.
« Grand maître, merci de m’avoir placé à la cuisson, j’en éprouve un merveilleux plaisir : ce parfum de rôti, mmmmmmmm ! cette douce chaleur (on se croit sous les cocotiers) et ces chants !! quelle joie de les entendre ! » se mit-il à répéter plusieurs fois par nuit.
Le grand SATAN en fut bientôt marri et lui intima l’ordre d’aller sur terre conquérir des âmes. FALOTTON se réjouit tout d’abord, puis il se posa la question cruciale : de quoi serait-il capable ?
Inciter à la luxure ? Il n’était pas assez bien membré !…Inciter à l’avarice ? Cela le rebutait. Soudain, il eut une idée géniale : avec tous ces humains qui se croient issus de la cuisse de JUPITER, il lui serait facile d’inciter à l’orgueil.
Aussitôt, il vint près de GRENOBLE. Il y avait là un duc qu’il serait aisé de faire basculer, son esprit étant prédisposé vers un orgueil démesuré.
FALOTTON prit la forme d’un architecte et vint lui présenter les plans du plus beau des palais .Le duc aussitôt se sentit croître des ailes : il lui fallait ce palais !…..
La construction dura longtemps…à la moitié des travaux, le duc avait déjà dépensé tout son argent…avant complet achèvement, plus personne ne voulait lui en prêter….il ne pouvait pourtant pas laisser son palais sans l’entourer d’un mur d’enceinte : tous les malandrins auraient tôt fait de le piller !
Il s’en ouvrit à son génial architecte qui fit semblant d’abord de ne pas le comprendre….après mille discussions, FALOTTON abaissa son masque : « Donnez votre âme à mon maitre, et votre mur, vous l’aurez gratis.
_Comment ! traître ! tu n’es donc qu’un valet ? Je ne traite jamais avec les valets ! Va me quérir ton maître ! »
Penaud, FALOTTON transmit à SATAN la requête…SATAN s’en vint donc un soir après minuit…
« Si tu peux, dit le duc, construire le mur du parc en moins de temps qu’il ne m’en faut pour le traverser, tu auras mon âme »
SATAN paria et manda pour ce faire une équipe de démons….La lune était cachée, le travail commença. LESDIGUIERES monta son cheval préféré : celui que le chapelain avait un jour béni. Il retint tout d’abord sa monture, qui, sur son injonction, boitait bas et respirait bien mal…Les démons, ce voyant, prirent tout leur temps : un immense éclat de rire résonna dans le pays…Tout à coup, sur un coup d’éperons, le cheval s’élança…les démons firent vite, très vite… le mur se refermait à peine quand le cheval sauta.
FALOTTON constatant son risque d’infortune tenta de retenir la bête un instant…mais le cheval béni lui donna en sautant une telle ruade qu’il fut projeté au flanc de la montagne. Seuls restèrent enfermés dans le mur quelques crins du destrier.
FALOTTON fut puni et transformé en pierre…et les hommes oubliant qui il avait été ne le dénomment plus que « la pierre percée »…(C’est une des merveilles du DAUPHINE »)

Référence bibliographique : « les sept merveilles du DAUPHINE » par M. Paul BARRET
Anciens établissements LEGENDRE , LYON 1925

1...34567...286