Archive de la catégorie ‘Non classé’

Radotage: Et alors?

Lundi 11 juillet 2022

Pour oublier qu’ils vieillissent 

Certains se plongent dans l’alcool 

D’autres se noient dans les délices 

Des endorphines jusqu’au col 

Vont visiter l’Orénoque 

Parcourent le monde de sud à pôle 

D’autres encore comme des loques 

Dans leur fauteuil ont versé colle 

Mais leur amnésie volontaire 

N’empêche point que leurs artères 

Peu à peu perdent leurs critères 

Que leur front penche vers la terre. 

Malgré leurs airs intrépides 

Leurs genoux se font rigides 

Mieux vaut accepter l’inexorable 

A quoi bon livrer perdue bataille 

Je trouve vaille que vaille 

Chaque moment un peu semblable 

Je garde joie, je jette peine 

La mort m’attend, eh ! bien qu’elle vienne !

Fallait demander à son ami!

Dimanche 10 juillet 2022

Pauvre petite chômeuse!

Elle va pointer à Pôle Emploi

Comme des millions de malheureuses,

Mais, me semble-t-il, enfin, je crois,

Qu’elle a côtoyé des légendes,

Des gens si bien, à recommander,

Que vraiment je me demande

Comment la nouvelle appréhender.

Au temps de grande brillance

Pour, sa rivale, au pilori clouer

N’a -t-elle point, j’ai souvenance,

Soutenu brillant député?

Ah! Mais c’est vrai que cette personne

Se soucie plutôt des animaux!!!

Je lui suggère de se faire nonne

Pour en silence supporter ses maux.

 

 

 

 

La bonne aventure

Dimanche 10 juillet 2022

Pendant que ma moitié divague

Dans je ne sais quelles vagues,

J’ai acheté des abricots

Sur un marché, mon coco…

Voilà la bonne aventure:

Je vais faire de la confiture…

Où cache-t-elle sa bassine?

Elle n’est pas dans la cuisine…

Où se trouve le casse-noix?

Il y avait plein, autrefois…

Ah! Et la cuiller de bois?

Qui la range? Ce n’est pas moi…

Pour doser avec efficience

J’ai installé la balance;

Demain, sûr, tout sera bon

Pour me jeter au charbon.

Aujourd’hui, comme c’est dimanche

Pour un bon repos je penche.

 

Merci à mes visiteurs

Dimanche 10 juillet 2022

Moyenne des 7 derniers jours: 339 visites par jour

Merci!

Je me sens flatté

Merci! Merci! Merci!

QUI donc se plaint des connaissances des élèves?

Samedi 9 juillet 2022

Soupçonnés d’avoir totalement inventé des citations,

ces élèves de BTS avaient en réalité suivi leur manuel scolaire.

Un professeur de lettres en Alsace, Pierre Poissant,

a découvert dans les copies de ses étudiants des citations de Serge Trigoud et de Pascaline Messager,

dont il n’avait jamais entendu parler, raconte Le Figaro.

 

Sauf que ces citations _ fausses _ figuraient dans un manuel scolaire en usage pour les révisions.

A QUI PEUT-ON ENCORE SE

FIER??????

Près de la forêt

Vendredi 8 juillet 2022

Je travaillais près de la forêt,

Un vent léger agitait les branches,

La voix des arbres murmurait

Les mots qu’on dit quand on se penche.

Je ne distinguais pas la confidence,

Car, à mi-voix, dans leur langage,

Allez donc savoir ce qu’ils pensent:

Ouïe des hommes reste en cage.

Parfois gémissement féminin:

Est-ce jouissance ou souffrance?

Rendez-vous pour sabbat prochain,

Dans la luxure exubérance?

La forêt garde ses secrets

Et par subtile jouissance

Suggère images, les recrée,

Au gré des branches qui dansent.

 

 

Radotage Je voudrais qu’on m’aime assez

Vendredi 8 juillet 2022

Si un jour mon esprit confond 

Excrément et bonbon, 

S’il oublie les mots  

Le nom de mes enfants 

S’il perd le sens du beau 

La notion de décent 

Si la douleur 

Tenaillant chaque jour 

Extirpe de mon cœur 

Toute forme d’amour 

Rend mon âme injuste 

Ma parole blessante 

Si mon cou, mon buste 

Ma bedaine opulente 

Mes membres inertes 

Indicible perte 

Ne veulent plus rien faire 

Ne veulent que se taire 

Ni trouver ma bouche 

Ni boire ni manger 

Ni respecter ma couche 

J’aimerais être assez aimé 

En cette fin de vie 

Par quelqu’un pour, 

En un geste d’amour 

Qu’il souffle ma bougie.

Radotage dédié au choeur des esclaves pour qui classe = costume

Jeudi 7 juillet 2022

C’est Romain Gary, il me semble qui écrivait à peu près dans « Lady L »: « Pour les vraies saloperies, les hommes portent costume et cravate »

HORREUR!!!!

Oh! Mon Dieu! C’est lamentable!

Il a osé le croiriez-vous,

Ce pauvre petit minable

Ne pas se mettre à genoux!

Tous les molosses de finance

Aboient et montrent les crocs

Honni soit qui mal y pense

Grognent et gonflent le dos!

Ces esclaves inconscients

Que leur cou porte un collier

D’où la laisse encore pend

Ne peuvent pas supporter

Cet horrible, horrible outrage

A leur infâme dressage

Ignorants qu’ils sont en cage

Les esclaves d’un autre âge.

Oh! Mon Dieu! C’est lamentable

Il a osé le croirait-on

Sans cravate de notable

Venir à la télévision!

Cet article a été posté le Vendredi 7 avril 2017

 

A L’ASSEMBLEE NATIONALE ils sont venus sans cravate, quel crime contre le goût!!!

 

 

 

Si le terme de petit marquis

A trop déplu à vos altesses

Il nous paraît pourtant joli

Vu à hauteur de notre petitesse!

Si l’histoire de France dit

Qu’un jour des têtes sont tombées

Il ne faudrait pas qu’on l’oublie

C’est ainsi que République est née.

Ce sont peut-être des sans culotte

Des tenants de la jacquerie

Ce ne sont que porteurs de cotte

Sans cravate et sans chichis.

N’ont peut-être pas le vocabulaire

Ni l’habitude des raouts

Ce sont des gens très ordinaires

Qui campent trois jours à fin août.

 

A la dame bien pommadée
Des élites de l’époque
Diderot ce grand grossier
Qu’on jetterait comme un vioque
Affirmait, langage frustre:
« Mais oui, je suis un rustre,
Je m’en fais honneur, madame »
Il y a tant, voilà le drame
De nos jours, de beaux messieurs
Devant qui les bavards se pâment
Belles cravates, cols blancs
(La sueur c’est pour les manants)
Assis sur leurs dividendes
Qui défendent leur provende…

 

Le beau chauffeur de Ministre?
Belle livrée, belle cravate,
Entendant des bruits sinistres,
Sous le capot de sa charrette,
Se pencha tant que sa laisse
Fut prise dans le ventilateur.
Fut étranglé contre sa caisse.
Vive les costumes de rigueur!
Ces deux exemples me rappellent
Ce que le bon La Fontaine
Contait aux belles demoiselles
Le rappeler, la bonne aubaine!

LE CERF SE VOYANT DANS L’EAU

Dans le cristal d’une fontaine
Un Cerf se mirant autrefois
Louait la beauté de son bois,
Et ne pouvait qu’avecque peine
Souffrir ses jambes de fuseaux,
Dont il voyait l’objet se perdre dans les eaux.
Quelle proportion de mes pieds à ma tête !
Disait-il en voyant leur ombre avec douleur :
Des taillis les plus hauts mon front atteint le faîte ;
Mes pieds ne me font point d’honneur.
Tout en parlant de la sorte,
Un Limier (1) le fait partir ;
Il tâche à (2) se garantir ;
Dans les forêts il s’emporte (3).
Son bois, dommageable ornement,
L’arrêtant à chaque moment,
Nuit à l’office (4) que lui rendent
Ses pieds, de qui ses jours dépendent.
Il se dédit alors, et maudit les présents
Que le Ciel lui fait tous les ans (5).
Nous faisons cas du Beau, nous méprisons l’Utile ;
Et le Beau souvent nous détruit.
Ce Cerf blâme ses pieds qui le rendent agile ;
Il estime un bois qui lui nuit.

 

Le hupeur se rebelle?

Mercredi 6 juillet 2022

L’entendez-vous, le hupeur

L’a voix de femme relayée

Ex candidate auto-désignée

Pour trop à gauche éviter…

Afin que les bobos parvenus

Ne côtoient, du peuple les menus…

Il n’a guère de quoi faire peur

Moins de Deux pour cent éraillée.

L’étang où voudrait vous tirer

De boue gluante est submergé

Son râle, triste chant de sirène

Vers le néant vous emmène

Des morts vivants l’accompagnent

Fossoyeurs du temps de cocagne

Excommunication c’est dèche?

Ce le fut naguère pour Freche.

 

 

ST VULPAS retour au parking!

Mardi 5 juillet 2022

Vous allez au parking bleu

Surtout repérez bien votre place…

Je m’étais garé_ nom de bleu_

Rayon H! Mesuré avec audace

Cinquante pas depuis

Le lampadaire de référence…

ET PUIS….

Au sortir c’est la démence:

Les belles lettres de repère

Fauchées par des rigolos

H… oui, mais quel lampadaire?

La voix part en trémolos.

On questionne on cherche on erre

Quelques uns ont réussi

Les « vigiles » ne savent guère

Dans l’étendue quoi faire ainsi…

Heureusement, solidarité

De la part de certains surgit

C’était F que je viens de quitter

H doit se trouver par ici!

 

 

12345...417