Archive de la catégorie ‘Non classé’

Chantier (4) les balustres de béton

Lundi 1 mars 2021

Je ne savais pas encore

Que l’on trouvait dans le commerce,

Non pour les  pros du décor,

Mais pour les bricolos du dimanche,

Des moules spécialement conçus,

Pour couler des balustres de béton…

A réfléchir à la question,

J’avais trouvé une solution:

Dans la décharge municipale,

Après leur défloraison

Les gens jetaient( _ scandale?_

Cela ne rentre pas dans les normes)

Des pots de fleurs de toutes formes.

Pardon! Messieurs les maccabées,

Mais ces emballages étaient jetés!

Un coup de cutter pour partager,

Un peu de colle pour  assembler,

Toile de fibre de verre pour renforcer,

Mes moules ainsi furent formés…

Enfin une bonne nouvelle!

Lundi 1 mars 2021

Pour des raisons professionnelles, religieuses ou bien de santé,

les Français sont de plus en plus nombreux à essayer les cocktails sans alcool.

Les professionnels constatent un véritable engouement.

 

 

 

Certains y voient catastrophe

L’écroulement d’un mode de vie…

Devraient rester philosophes

Moi, je m’en trouve ravi.

Beaucoup trop de misères

Sont nées de ces addictions,

Si la mode change les repères,

C’est, pour moi, bénédiction.

Sous le charme des mélanges,

Des div(es)ines expériences,

Trop ont sombré dans la fange,

Dans la triste déchéance.

Fini le, pour « être un homme »

Il faut tenir, sans sombrer,

Quinze apéros à la gomme,

Des cocktails sophistiqués.

Place enfin aux  responsables,

Aux buveurs non déjantés,

Pour des soirées agréables,

Pour des familles respectées.

 

 

 

 

 

Arrêtez de leur faire de la pub!

Dimanche 28 février 2021

Il y a quelques années,

Une bande de jeunes désoeuvrés

Du haut d’un pont d’autoroute

Avaient jeté des projectiles

Provoquant horreur de toutes

Les télés, médias futiles.

Dans les quelques jours suivants

Comme suite à contagion

Il y eut nombre d’événements

Augmentant la désolation…

…………………………………………………………….

Des bandes d’ados à la dérive

Se sont livrées à des castagnes

Rixe à mort, cela arrive…

Mais quand l’épidémie gagne

C’est que les jeunes dévoyés

A faire pire se sont engagés.

Compétition à qui fera plus grave

Mesure laissée aux médias pourraves…

……………………………………………………………

Pour des ados en mal d’existence

En mal en bien, quelle importance?

Faire parler avec passion

Est le seul espoir, la mission.

Cessons donc les piloris

Mettons enfin en évidence

Ceux qui dans ce monde pourri

Font le BIEN dans notre FRANCE!

Chantier (3)Le récupérateur de chaleur

Vendredi 26 février 2021

C’est loin dans le siècle dernier

Après le choc pétrolier

Il y eut pendant un temps

Profusion de lumineuses idées

Craignant de durs lendemains

La mode pour les cheminées

A feu ouvert de tous temps

Fut instaurée  pour certains

D’installer un « récupérateur

De chaleur »

Cette boite retournée

Juste au-dessus du foyer

Par une habile circulation

De l’air froid de l’habitation

Autour du coffre chauffé

Gagnerait pour la maison.

Encore fallait-il organiser

Cette douce nouveauté.

N’ayant pas un sou vaillant

Je trouvai par Système D

Des conseils intelligents…

Un robuste coffre d’acier

Récupéré à la ferraille

Me servit en premier

Mais ensuite, vaille que vaille

La fumée devait s’échapper

Pour monter haut dans le conduit

(Pas dans les normes aujourd’hui…).

Un très vieux bidon de lait

Souvenir des anciens soirs

Devint ainsi avaloir

Un radiateur de fonte gelé

En chenet fut promulgué

Et un dessus de machine à laver

Devint tiroir pour les cendres

Et comme grille de la hotte

Voilà-t-il pas que je dégotte

De Simca HUIT une calandre!

Ma cheminée était modernisée!

Prêcheurs

Vendredi 26 février 2021

Ils ont remplacé les curés:

Tout, mes frères, est de votre faute!

C’est punition pour vos péchés

Vous avez trop fait de ribotes.

Aux uns, aux autres, vous êtes frottés

N’avez pas tenu les barrières

Un peu trop pour de la bière

Les masques avez abaissés!

Pour à votre addiction vous livrer

Dans la rue sans précautions

Vous vous êtes rapprochés

Allumé briquet, attention!!

Oh! Crime! Ensemble, avez mangé!

Isolez-vous, tenez distances

Plus de câlins, plus de baisers

Mettez les vieux en pénitence

Les cieux ainsi pourront se calmer.

Chantier (2)

Jeudi 25 février 2021

Par une annonce, j’avais trouvé

Un camion de bois soldé:

Des chevrons endommagés

Par un accident, cassés, blessés…

J’avait envie pour une balustrade

De montants de bois tourné.

Comme pour une tocade

Je décidai de les former.

Pour réussir  mon option

Grâce au journal « Système D »

Construire j’ai décidé

Un tour à ma façon.

Axes de roues

De biclou

Un bâti à glissières

Mu de quelle manière?

De machine à laver

Le moteur récupéré!

Pendant six mois chaque soir,

Pour changer d’activité

(d’autres allaient,

Fallait les voir

Dans un ballon cogner du pied)

Moi je tournais,

Ron ron ronron!

Devant ma maison.

Chantier (1)

Mardi 23 février 2021

A cette époque, pour faire un carrelage,

On coulait le béton en chape

Et on intégrait les carreaux …

 

J’étais dans la force de l’âge

Et confiant comme un pape

Prêt à tous les numéros

 

Samedi matin sept heures

Avec mon fils encore ado

Démarrons la bétonnière…

 

Mais une chape, malheur!

Ca doit se terminer aussitôt

Pas question d’arrêt précaire.

 

Pellette, pellette, pellette encore

Arase, colle les tomettes

Et de rangée en rangée…

 

Midi que midi, le soleil mord

Alors, il faut à la sauvette

Trouver un bout à manger

 

Le soir tombe et puis alors

Eclairons notre chantier

Nous ne devons pas arrêter!

 

Heureusement loin de qui dort

Le café nous tient éveillés

Et à l’aube étions encore

 

A couler, araser coller…

Huit heures trente avaient sonné

Quand nous avons terminé!

 

La révolte des joujoux

Mardi 23 février 2021

 La Révolte Des Joujoux par André Dassary

On vient d’éteindre la lumière
Bébé succombe à son sommeil
Mais les joujoux très en colère
Dans leur placard tiennent conseil
Les joujoux font grève, ils en ont assez
D’être tracassés et fracassés
Le ballon qu’on crève
La poupée qu’on bat
Sont lassés des jeux et des combatsLe pompier n’a plus d’échelle
Le tambour est plein de trous
Le cheval n’a plus de selle
Et l’auto n’a plus de roue
Mais ils se soulèvent contre cet enfant
Il va voir comment on se défendLe placard entrouvre sa porte
Ça grince un peu, ma fois tant pis
Et voilà que les joujoux sortent
Sautant sans bruit sur le tapis

Les joujoux discutent pour savoir comment
Ils vont préparer leurs armements
Pour mener la lutte un chef est nommé
C’est un vieil indien tout déplumé

Le pompier fourbit sa lance
Le tambour bat le rappel
Le cheval déjà s’élance
Le moment est solennel
Quittant leur cahute ils forment les rangs
Le mot d’ordre étant: « mort au tyran »

Le chef a dit marchons en ordre
Vers celui qui nous démolit
Pour le griffer et pour le mordre
Nous grimperons aux draps de lit

Mais l’enfant sommeille
Tendre et gracieux
Comme un chérubin tombé des cieux
Devant ces merveilles, les joujoux surpris
Se sont arrêtés tout attendris

Le pompier dit: « tout de même
Un bébé c’est bien gentil »
Le tambour dit: »moi je l’aime »
Alors ils sont repartis

Quand l’enfant s’éveille
Vers huit heures un quart
Les joujoux sont tous
Dans le placard!

Depuis le temps que ça dérange, de permettre à tous d’être représentés

Lundi 22 février 2021

C’est vrai que ça dérange

Depuis longtemps

Le suffrage universel

 

On  trouvait cela étrange

Les voix de manants

Egales pour tous, quel bordel!

 

Pourquoi pas la voix des anges?

Les voix des femmes!

Ne sauront pas pour qui voter.

 

Si on doit supporter cette fange

Cette situation infâme

Trouvons moyen de neutraliser.

 

Un petit tour de passe-passe

Candidat individuel

A deux tours ni vu ni connu

 

On peut ainsi tirer la chasse

Après la présidentielle

Sur les trois quarts du menu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sorti du fond de …?

Dimanche 21 février 2021

Les bourgeois, c´est comme les cochons
Plus ça devient vieux, plus ça devient bête
Les bourgeois, c´est comme les cochons
Plus ça devient vieux, plus ça devient…

Chantait Jacques Brel

 

 

Sorti du fond de sa mayonnaise

Le clown blanc a ressurgi

Comme au temps du cirque de Paris

Pour asséner ses fadaises.

 

Lui seul, lui seul, n’est pas obtus

Comme au temps où blindé de thunes

Il reprochait sans honte aucune

Aux salariés de vouloir plus.

 

Le spécialiste des prises d’otages

Qui n’a jamais été victime

Le voilà qui insulte ultime

Vient donner son avis sur l’âge!

 

Désolé Monsieur DE Closets

Votre vue, déjà étroite

Est troublée peut-être moite

Faut bien vite la laver d’un jet.

 

Personne ne vous retient

Partez si votre vie ne vaut rien,

Mais comme hier, il serait vain

De sermonner vos contemporains.

 

 

 

 

 

 

 

 

12345...349