Au milieu de mes souvenirs

Mon plus ancien souvenir, certains pensent que c’est impossible…

Je me vois au bout du parc ,mon grand-père me tenant la main, j’ai su que c’était août 44, plus tard.

Une maison au loin brûlait. Je vois les flammes, mais surtout, je sens l’angoisse du moment:

un peu plus tôt, la nouvelle s’était répandue comme trainée de poudre

« Les Boches arrivent et ils fouillent »…

Le long de la grande route, les paysans, désolés, avaient vu passer  un troupeau de cent, cinq cents, peut-être mille vaches volées dans le Vercors.

Avant de repartir, l’ennemi faisait le vide…

Compris plus tard que mon père avait déjà été emmené… à Corrençon pour interrogatoire…

Le fait que, prisonnier militaire, il avait appris des mots allemands, lui a sans doute sauvé la vie…

Laisser un commentaire