Archive pour mai 2020

Pandémie?

Dimanche 31 mai 2020

Il règne, en France, une pandémie,

Curieuse selon les académies…

Il suffit qu’un type de véhicule

Dans la rue, se trouve arrêté,

Pour qu’un triste funambule

Vienne è deux pas se suicider!

Tantôt accroche une portière,

Déjà ouverte, je vous l’assure!

Pour aller périr sur le bitume

Sûrement de ses pneus l’usure!

Tantôt soudain ne plus assume

La direction de son engin!

Embrasse un poteau, c’est malsain,

Pour rejoindre le pays des saints.

D’autres enfin, c’est inouï,

Arrivent à trépasser

En simulant de l’apnée

Oui! Oui! Oui!

A croire que c’est le mauvais sort

Qui provoque ces tristes fins.

A croire que chaque mort

Était inscrite au DESTIN!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a trente ans…Timisoara

Samedi 30 mai 2020

Rappelez-vous, messieurs-dames,

Il y a environ trente ans,

Cet acharnement, ce drame,

Autour d’un événement

Dans l’Europe orientale.

Il fallait absolument

Prouver l’aspect virulent

D’une dictature totale…

Pour cela mettre en avant

Un charnier imaginaire.

On trouvait cela évident

Chez ces grands totalitaires…

Communistes! Haro! Voyons!

Je ne chanterai pas non! Non!

Le génie des Carpathes:

Les règles du psychopathe

Pourtant, ont des ressemblances

Avec celles de « démocrates »

Qui prêchent la décroissance.

Je dirai…  Ca vous épate?

Que l’on a trouvé, en France,

Un vrai charnier, bien volontaire,

Dans un lieu de formation

De jeunes médecins stagiaires…

De quoi comprendre la décision

Désinvolte, dont on traita

Les vieux de notre Nation!

 

Bravo l’artiste!

Vendredi 29 mai 2020

Il arrive couramment,

Dans un combat de judo,

Que, pris dans un étranglement,

Le lutteur, roulant sur le dos,

Envoie au sol l’assaillant…

KO!

Ne fut jamais vraiment de gauche…

Savait naviguer au plus proche.

Avait tenu dix-huit ans.

En toujours, toujours, se méfiant,

Comptait tenir encore longtemps!

Moche!

Le détenteur de sa confiance

(Pour un entracte de gouvernance)

Voulut compte lui régler,

Sûr en tous cas de le coincer…

Mais le renard, par vengeance,

Hé!Hé!

Quitte à mourir, que ce soit fête!

A revers, en changeant de camp,

Bascula, d’un coup de tête,

Avec d’autres combattants,

Perdu, mais vainqueur, du parjure

Aura la hure!

 

 

 

 

 

 

Mondial Relais? tout un poème!

Vendredi 29 mai 2020

Pour le summum de modernité,

On vous propose de vous envoyer

L’objet que vous avez acheté

Non par la poste, c’est ringard

Mais par un chemin dévoyé:

Mondial Relais…voyons voir…

Vous cherchez un peu sur la toile

Quels sont les points de dépôt

Vous en choisissez un au poil

Vous le citez …Oh! Oh! Oh!

Vous recevez un mail

Prière de choisir un point

Non votre choix: fail

Mais situés beaucoup plus loin

Trois propositions.

Tant pis vous cochez la moins pire

Et vous attendez avec dévotion

On vous écrit pour vous dire

Suivez le colis …vous suivez?

Mais voilà que, chambardement

La France tombe en confinement

On finit par vous faire savoir

Que le colis va devoir

Attendre dans un dépôt

La fin de ce grand repos…

Au réveil vous voulez comprendre

Pourquoi on vous fait attendre

Soixante huit jours c’est beaucoup

Ah! oui! on s’occupe de vous

Et on vous propose changement

Trois nouveaux points de livraison

Pas plus loin à vol d’oiseau,

Mais en voiture, pardon,

Il faut contourner la montagne..

Vous répondez, qu’à cela ne tienne!

Et puis, voilà, vous attendez!

Au bout de deux jours au moins

Pour vous faire patienter

On vous avertit enfin

Que dans les 48 heures

Votre colis sera déposé

Mais vous devez, c’est pressé,

Venir le prendre en temps en heure

Sinon il sera retourné

A l’envoyeur!

Nul ne vous a averti

Que le point imposé

Est fermé les après-midis.

Ah! Mondial Relais! c’est tout un poème

Non! C’est IN pas de problème!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Espoir pour 2050

Jeudi 28 mai 2020

Nous sommes en 2020

En cinquante, quadra

Tu seras

Je serai parti d’ici là.

Je t’ai transmis ma faux

Les outils rudimentaires

Dans les temps trop chauds

La terre sera précaire

Pour chacun j’en ai gardé:

Qui cultive mangera.

Des arbres que j’ai plantés

Un certain nombre survivra.

Pour les temps de canicule

Prévu pour d’autres usages

Le caveau cave à tubercules

T’aidera pour ces passages.

Vois-tu, tout au long de ma vie,

J’ai freiné, cru bien faire,

Chaque fois savants m’ont dit

« C’est erreur mauvais repères ».

Je suis maintenant au déclin

Je l’espère bien rapide

Des quadras un peu stupides

T’empêchent de me serrer la main.

Si j’attrape le covid

Ils me mettront sous scellés.

Sauve ta peau, sois prudent!

Souviens-toi que les idées

Sont toujours manipulées

Pour un pouvoir impudent.

 

Proposé hors concours au site « je fais ma transition »

La notion relative du temps

Mercredi 27 mai 2020

Un an c’est une éternité

Pour un enfant pour un bébé

Un an c’est si vite passé

A peine le temps de se retourner.

Sauf qu’un temps sans liberté

Un temps à être confiné, isolé

Ca change toutes les données

C’est très dur à supporter.

Suivant le lieu ou le moment

Le temps n’a pas même valeur.

Richesse subtile de l’instant

Regard complice de bonheur.

Il est des minutes éternelles

En attente de verdict

Et des joies dont on est addict

Qui s’échappent à tire d’aile!

Et des nano secondes siècles.

A la roue de la fortune

La dernière oscillation

Celle qui distribue la thune

Dure des heures par millions.

 

 

Rites de coucher

Mercredi 27 mai 2020

Lorsque tombe la nuit,

Peu à peu, les cocoricos

Des deux coqs en folie,

Cessent de se faire écho.

Dans le sein du poulailler,

Les perchoirs se sont garnis:

Pas de poulette échappée

Fin de ses espoirs permis…

Le coquelet Nestor éxilé

Par le roi de ce royaume

Reste encore à soupirer,

Puis il vient rejoindre les hommes,

Picore un peu dans l’écuelle

De Jazz, le chien du logis,

Va gratter près des poubelles,

Puis sent besoin d’un abri.

Petits coups de bec à la porte…

Je suis censé le comprendre:

Il est temps que je me porte

A cette injonction tendre.

Je prends  canne et chapeau,

Je vais fermer les volets,

Même les jours où il fait beau.

Jazz comprend, ça me plaît!

Il va se coucher sans peine.

Nestor m’attend un peu inquiet,

Au retour, il m’entraine

Jusqu’à son logis coquet

Dont je pousse le loquet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et passe derrière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Acrostiche 5 confinement

Mardi 26 mai 2020

Ce qu’on a été contraint de décréter:

On n’avait pas voulu contrôler

Ni  les masques, ni les arrivées.

Foin des avertissements!

Il serait toujours temps,

Nonobstant les avis inquiétants…

En profiter pour coup de force!

Mais voilà les choses se corsent!

Et plus temps de bomber le torse:

Non seulement les vieux crèvent…

Tant de jeunes que cela achève!

La roulette russe (tests en double aveugle?)

Mardi 26 mai 2020

Accourez, mesdames et messieurs

Venez dans les nouveaux casinos

Pour participer au nouveau jeu

Inventé pour les hôpitaux.

C’est un peu la russe roulette

Vous recevez une préparation

En ignorant de quoi elle est faite

Soi-disant pour la guérison.

Une fois sur trois un principe actif

Est glissé dans cette potion

Nul ne sait s’il est nocif

Nul ne connaît sa position.

Accourez, mesdames et messieurs

Vous permettrez à la science

De faire des progrès sérieux

Par précaution veuillez d’avance

Donner vos organes à l’inscription.

C’est bien comme cela? Non?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Acrostiche 1: Hypocrites!

Lundi 25 mai 2020

Hou! Les vilains menteurs prêcheurs

Y  en a quand même qui préviennent:

Pour défendre ses « valeurs »

On peut tromper , qu’à cela ne tienne

Crier un jour: « ceci est juste »

Répéter le même mensonge

Il faut convaincre le gens frustes

Tenir les citoyens par la longe

Et les conduire à l’abattoir

Si tel est notre devoir!

123456