A propos de militaires

J’ai le souvenir, il y a guère

D’avoir vu monter la la lère

Jusqu’au point de débarcadère

Des jeunes fils de militaires

Pour s’adonner au parapente.

Je trouvais la chose amusante

En sachant combien leurs pères

Prenaient leur pied, naguère,

En nous faisant suant soufflant

Arpenter les vignes et les champs

Avec au dos un paquetage

Qu’il fallait trimballer avec courage.

Pour eux quarante cinq minutes

Avec leur voile* de crapahute       * 13 kilos

Cela semblait trop exiger

Préféraient nous empoisonner

Avec, d’un engin, les fumées…

 

 

 

Laisser un commentaire