C’est de sa faute, aussi, quand même!

Je croyais voir UN cardiologue

Ne savais pas que ce serait déesse

N’avais rien vu au catalogue…

Venir à elle par la chaleur,

Voilà la chose qui m’oppresse

Qui me met un peu en langueur…

Et puis ses drôles de caresses

Pour mesurer ma tension

Vous comprenez ma détresse.

M’a trouvé bien trop essoufflé

(Peut-être bien par émotion)

Et mes jambes trop enflées…

J’ai eu beau pour me détendre

Un poème lui déclamer

N’a guère voulu l’entendre.

Ah! Son étreinte n’ai pas aimé

Pour électrocardiogramme

Une vigueur à désarmer…

Une angoisse à vous fendre l’âme…

M’a tout de même filé rencard…

Bon ce n’est certes pas un drame

Mais à tout prendre son plumard

Pour l’occase est pour moi

Je vous assure, ce n’est pas bobard

Trop dur et bien trop étroit!

 

 

 

 

 

 

 

6 Réponses à “C’est de sa faute, aussi, quand même!”

  1. L’agent de la santé a tant de secrets !,

    très bonne journée à toi.

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : Un éternel été

  2. Caroline Bordczyk dit :

    Calme et repos ! Calme hou là là ! Bisous !

  3. julie dit :

    Tu me fais chialer. En même temps, tu parviens à rester drôle, garder le morale… Comment tu fais ???

Laisser un commentaire