Réflexes de classe…

Ah! Mon Dieu que c’est pénible

De devoir accepter

Que les parias, le populo,

Ouvrent la bouche, chose horrible

Pour ne pas AMEN crier!

Tant que c’était au bistro,

On était à peu près tranquille

Mais ainsi que le dit Eco

Les réseaux soi-disant sociaux

Ont fait sortir en ville

Bruts même s’ils ne sont pas beaux

Les vils (à nos yeux) propos.

Enfin! Enfin! Messieurs-dames

La voix d’un bourgeois vaut plus

Que la pauvre voix d’un quidam

D’un esclave, rien de plus!

Mais voilà que pour être vus

Les invisibles, les néants

Se sont égaillés dans les rues…

Pas au boulot fainéants?

Zont même coupé des routes

Au lieu de les traverser

Ont résisté quoi qu’il en coûte

Aux tirs tendus des policiers.

On dit que dans l’occurrence

Les abris furent explorés

C’est qu’ils avaient des exigences

Tout le beau monde a tremblé.

On entendit des « philosophes »

Hurler dans leur désarroi,

Néant de leur pensée resté sauf,

Toute la vilénie de leur foi.

 

 

3 Réponses à “Réflexes de classe…”

  1. eructeuse dit :

    Pan ! Lu bu approuvé !

    Dernière publication sur Victoryne Moqkeuz Eructeuse : VICTOIRE CONTRE LE NAZISME

  2. Le nanti désigné en son confort perd son élégance,folle devient son éloquence,sa peur ébranle son bonheur,

    très bonne journée à toi.

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : Le festival

Laisser un commentaire