Ah! Dis-moi donc qui tu protèges…

 

 

Quand brame la populace

Sous les fenêtres des nantis

Devant elle tu te places

Tu  tires des gaz pourris

Dis-moi dis-moi sans galège

Qu’est-ce donc que tu protèges?

 

Quand t’aperçois sur la route

Une gueule qui ne te convient pas

Tu l’arrêtes, tu  fouilles, tu doutes:

C’est sûrement un mauvais cas…

Dis-moi, dis-moi sans galège

Qu’est-ce donc que tu protèges?

 

L’est barbu ou l’est trop brun

Ou porte une écharpe rouge?

Un chapeau pas commun?

Ou t’as l’impression qu’il bouge…

Dis-moi, dis-moi sans galège

Qu’est-ce donc que tu protèges?

 

 

Quand un vieux au téléphone,

Attaché par des malfrats,

Fait ton numéro, te sonne,

Désolé, t’es jamais là!

Dis-moi, dis-moi sans galège

Qu’est-ce donc que tu protèges?

 

Tu arrives au jour levé,

Bien entendu, c’est fini,

Pour des empreintes relever…

Il est temps: c’est bientôt midi

Dis-moi, dis-moi sans galège

Qu’est-ce donc que tu protèges?

 

 

Quand, se couchant sous les arbres

Qu’un maire tient à faire abattre,

Un citoyen reste de marbre

Comme une momie d’albâtre…

Dis-moi, dis-moi sans galège

Qu’est-ce donc que tu protèges?

 

Tu accours et tu embarques

Le protestataire qui maudit…

Oubliant cette remarque:

Pas de « chantier interdit »

Dis-moi, dis-moi sans galège

Qu’est-ce donc que tu protèges?

 

Quand brame la populace

Sous les fenêtres des nantis

Devant elle tu te places

Tu  tires des gaz pourris

Tu vas dire: « l’ordre, je protège »…?

Tu protèges les privilèges!

 

Si l’ordre, pour toi, est sacré,

N’oublie pas, dans ta galère,

Que l’exemple inégalé,

C’est le cimetière militaire!

 

 

 

 

 

4 Réponses à “Ah! Dis-moi donc qui tu protèges…”

  1. renaud dit :

    Son mandat il faut qu’on l’abrège
    Par tous moyens ou sortilèges
    Et celui de ceux qui le protègent
    Pour conserver leurs privilèges
    Je suis prêt à tenir un siège
    À défiler dans des cortèges
    Même à lui tendre des pièges
    Préparés par un fin stratège
    Son cerveau est vraiment trop lège
    Il faut qu’il retourne au collège
    Ou apprenne le solfège
    Car du pipeau il est le chorège*

    * P. plaisant. Le chef. Je menaçai le chorège de cette troupe de coquins (About, La Grèce contemporaine,1854, p. 56).

  2. rougepolar dit :

    Tout est dit dans un poème merveilleusement rythmé, un délice.

    Dernière publication sur Rougepolar : Quand l’amour devient pathologique …

Laisser un commentaire