Souvenir de jeunesse

Monsieur le ministre de l’intérieur me fait penser en ce moment à une situation vécue dans ma jeunesse: Le jeudi, nous allions encadrer les activités des enfants de quartiers de Grenoble… Une école avait une particulière réputation: quels que soient les encadrants, les enfants s’enfuyaient des rangs et s’égaillaient pour faire de petites sottises… Si l’autorité est représentée par une seule personne face à une meute de gens qui ont décidé de s’y soustraire tout est vain…Certains, perdant leur sang-froid ouvraient la boite à gifles… Et se mettaient en situation de faute grave…

Le 17 novembre,

Ce ne sera pas un abcès fixé et encadré par des autorités secondaires qui veillent à ce que cela ne dégénère pas (bien fait! ils ne voulaient plus des syndicats! Ils comptaient bien démontrer leur inutilité pour satisfaire le grand capital, leur Maître), ce seront des pustules  réparties dans tous les coins, de gens non rompus aux manifestations et très en colère… Les rodomontades sont de nature à totalement ridiculiser le pouvoir s’il se fait dépasser… Et à le couvrir d’opprobre s’il pratique la violence.

 

 

 

 

 

2 Réponses à “Souvenir de jeunesse”

  1. julie dit :

    Des souvenirs réactualisés… mais le 17 rien ne va changer.
    Bonne soirée gentil poète. Bisous barricade.
    :)

Laisser un commentaire