Quatre jeunes coquines dévotes

Ce jour-là, c’était dimanche,

Jour des grandes dévotions.

Près de l’église, faisant la manche

Deux pauvres avaient pris position.

Je remarquai, à la terrasse,

Assises au bistrot d’en face,

Quatre filles qui rigolaient.

Visiblement, les bêtises,

Crescendo, montaient, montaient…

Et, à ma grande surprise,

A chaque fois qu’elles avaient ri,

De gestes en croix, elles se signaient.

Cela me rappela ma grand-mère

Au temps lointain de mon enfance

Quand avec quelque commère

Elle avait commis médisance.

Depuis au moins un demi-siècle,

Je n’avais plus jamais vu

Ce geste de piété espiègle

Esquissé en pleine rue!

 

 

4 Réponses à “Quatre jeunes coquines dévotes”

  1. L’innocente médisance ne trouble la conscience,

    très bonne journée à toi.

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : Ne blesse ton coeur

  2. renaud dit :

    Ma grand’ mère aussi était un peu caustique, parfois même rosse et se signait également une fois ses désobligeances faites.
    Ce système, assez répandu à l’époque, était fort pratique: on médisait et ensuite on s’excusait auprès du Très Haut !

Laisser un commentaire