Délire d’été

Avec la chaleur de l’été,

Leurs petits bouts rouges et grenus,

Les ont au soleil étalés.

J’en ai caressé, j’en ai mordu,

J’en ai sucé avec délice,

Leur suc était, sans artifice,

Un nectar offert par les cieux.

De l’un à l’autre, savoureux,

Mes mains, ma bouche, se sont repues,

Même ma barbe en bavait d’aise!

Quel festin ininterrompu:

Au diable les prôneurs d’ascèse,

Ce soir, ce sera une orgie,

Ne venez pas me chercher noise!

Ce soir, ce sera une orgie

De groseilles et de framboises.

 

2 Réponses à “Délire d’été”

  1. renaud dit :

    Délices d’été plutôt que délire.
    Ces groseilles et framboises sont très subliminales et je m’en suis délecté tout
    en restant sur ma faim…
    Amitié

Répondre à renaud Annuler la réponse.