Souvenir impérissable!

J’étais ce soir là, avec les vaches, au grand pâquer*                                                               *pâturage

Ce grand terrain peu fertile où elles trouvaient quand même à manger

Les villardes** broutaient paisibles. j’avais douze ans, jamais tort                                           **vaches de Villard de Lans

Mais au moins dix huit dans ma tête…Me sentais fort!

La Plaisante, une magnifique bête, achetée jeune à Louis Marin,

N’avait encore guère vu la corde, le joug bien sûr, encore bien moins.

Je m’approche, je la caresse, pas un seul geste énervé.

Je viens devant, je mets la main sur sa corne fuselée…

Elle continue à manger, je m’enhardis, deuxième main.

Sans le moins du monde se soucier, sa langue fauche tous les brins.

Je tire un peu, elle lève la tête, si haut que mes pieds lâchent le sol

Elle part dans une course effrénée ou plutôt dans une gigue folle.

N’y tenant plus, je lâche prise, je tombe, elle me pose un pied

Sur le bord de la hanche et me franchit en gambadant.

Je suis penaud, je suis navré, je me relève gémissant,

Mais chut! Surtout ne rien dire _ moqueries_ quant au père

Il sortirait le perpignan***…Alors bien sûr mieux vaut se taire…                                                  ***gros fouet des chevaux de labour

Quand je me réveille le matin avec cette douleur au côté

Je sais que c’est la Plaisante qui ainsi m’a éduqué!

6 Réponses à “Souvenir impérissable!”

  1. julie dit :

    Elle aurait pu te tuer, gentil poète… et pourtant, tu n’as pas été méchant avec elle, ni après… encore moins avant !
    Doux dim(h)anche Gérard. Bisous pansement.
    :P

    • 010446g dit :

      Elle voulait sa liberté et se demandait quel était ce puceron qui voulait la commander…
      Sûr que c’aurait pu être grave!
      Bon dimanche Julie
      bisous

  2. Les Maine Anjou chez nous étaient moins nerveuses !!,

    très bon dimanche à toi.

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : La valeur de ton pardon

  3. Mireille dit :

    La vie etait bien dure pour les enfants…

Laisser un commentaire