Le film « La prière »

Nous avons vu le film « La prière ». Film dur…

Les images du manque pour quelqu’un qui est accro sont bouleversantes.

Le film raconte une vie semi recluse pour des drogués qui ont décidé de décrocher…

Presque une vie de secte. Prières obligatoires, témoignages, prises de parole…

Vie naturelle, presqu’ancestrale, dure physiquement…

Pas d’aide chimique! Juste l’appel à la volonté!

Une grande camaraderie, sans faiblesse, mais sans jugement.

La volonté n’est pas toujours suffisante pour éviter les rechutes, les fuites…

La solidarité montre aussi parfois ses limites, quand un groupe oublie de se rythmer sur le plus faible…

Une idylle amoureuse vient pigmenter l’histoire.

Malgré la consonnance religieuse, ce film devrait être vu par des ados en période de fragilité, avant de….

 

Synopsis

Thomas est un toxicomane de vingt-deux ans. Pour guérir de sa dépendance à l’héroïne, il rejoint une communauté d’anciens jeunes drogués qui lui proposent un changement de vie radical pour le sortir de la drogue notamment en le privant de cigarettes, d’alcool, de télévision mais aussi en l’isolant du monde extérieur et des filles. Désormais, pour redevenir un jeune homme normal, il devra se soigner par la prière et le travail. Dans ce nouveau monde, il découvre l’amour, l’amitié et la foi.

 

6 Réponses à “Le film « La prière »”

  1. renaud dit :

    Quand j’étais jeune avocat j’étais fréquemment désigné pour défendre des toxicomanes poursuivis pénalement.J’ai été en relation avec Claude Olievenstein qui avait fondé le centre médical Marmottan aux fins de leur apporter soutien et traitements.Son approche reposait prioritairement sur une prise en charge institutionnelle et psychothérapeutique inspirée par la psychanalyse.
    J’ai toujours été très circonspect par cette méthode qui, à mon sens, était une sorte de béquille permanente.
    Les meilleurs résultats que j’ai obtenus l’ont été par le biais du sport qui est une école de volonté, donne un cadre et ouvre sur des objectifs.
    Je passais des « deals » avec les magistrats.
    Mes « clients-patients » n’allaient pas en détention tant qu’ils respectaient le
    programme qui était confectionné pour chacun par un médecin, un coach et moi.
    Cela a globalement excellemment fonctionné.Nous étions très directifs et exigeants.
    Bien entendu il y avait des cas très compliqués pour lesquels nous étions parfois démunis et un peu désespérés.

    • 010446g dit :

      Merci, Renaud, de nous faire profiter de ton expérience!
      Ce que je voyais surtout c’est l’image des souffrances du manque qui pourrait peut-être dissuader.

  2. La volonté de retrouver sa vérité,des modernes dictatures se libérer,

    très bonne soirée à toi..

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : Le beau parleur

  3. julie dit :

    L’es tu accro poète ? :D
    Dans d’autres temps les gens n’avaient pas le temps pour se droguer… la paresse et l’individualisme actuel engendre l’ennui, qui pousse vers l’abime :(
    Bonne soirée Gérard. Bisous tendro-dépendants :)

Répondre à 010446g Annuler la réponse.