Entracte à St MARC’ (2) La boite aux coquillages

C’est un très délicat moment:

Sont réunis, les quatre enfants.

Une décision est en suspens…

Le père souffre tellement,

Doit-on abréger ses souffrances?

L’une des filles, visiblement,

Est restée pour soigner le tyran.

Le plus jeune, maudit dès l’enfance,

A provoqué cet instant.

Depuis son crime abominable

Son père exige qu’il n’entre pas

Dans la chambre parentale.

Même aujourd’hui, dans le coma,

Réduit à un morceau de bois,

Nul n’ose transgresser sa loi.

Au fur et à mesure du temps,

Chacun raconte à sa façon

Le terrible enchaînement

Qui déclencha l’excommunication.

Chacun va donner sa version

De la terreur, de l’étouffement,

Qui régnait dans la maison,

Qui règne encore certainement.

De la boite des piécettes

Dépassait un billet d’argent

Le môme avait subrepticement

Pris le billet, l’avait cinq ans.

La scène avait été terrible

Pour des bonbons partagés

Le coupable du crime horrible

Eut un procès « bien mérité »…

Jusqu’à ce jour la malédiction

L’avait suivi, avait motivé

Une éternelle suspicion…

Mais… l’avait d’abord été condamné

Au cachot pour une année…

Aujourd’hui, quelle décision prendre?

Le tyran est désarmé.

Il faut bien sûr, sans attendre,

Prendre un arrêt bien motivé…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 Réponses à “Entracte à St MARC’ (2) La boite aux coquillages”

  1. julie dit :

    Inspiré des faits vécus, poète ?
    Raconte nous (si tu veux bien) en quelques mots… merci :)

Laisser un commentaire