Un matelas…

Elle vendait un matelas…

J’en cherchais un, passais par là.

L’objet était au fond des caves,

Je la suivis, ce n’est pas grave…

Bien sûr, la demi-obscurité

Pouvait inspirer, susciter…

Elle sourit, quand je le dis

Certaine que le vieux débris

Ne risquait pas, d’un élan subit,

La plaquer contre le crépi…

A défaut d’une folle étreinte

Je déclamai sans contrainte

Quelques vers un peu copquins

Que son tout nouveau copain

N’aurait sûrement pas aimés

Aurait sûrement détestés!

4 Réponses à “Un matelas…”

  1. julie dit :

    Sacré numéro Gérard à la ver(s)micelle coquine…. mais tu as raison, un matelas faut l’essayer sur place ! :D :D
    Mon tout gentil, je te taquine et imagine la tête de la dame :)

  2. julie dit :

    OH !! mon poète, quel vieux débris ????
    Je vois au contraire, un jeune débridé :D
    Mon tout gentil pote Gérard rebisous. :)

  3. Mireille dit :

    Heureusement qu’elle a été sage pour deux !

Laisser un commentaire