Debout à me regarder

Elle était là contre le mur

A me narguer sans dire un mot

Ca devait lui plaire pour sûr

De me voir suer comme un chameau.

Le soleil était si brûlant

Et pas un seul coin ombragé

Elle n’était pas à moi pourtant

J’ai ressenti violent, violent,

Le besoin de fourrager

Dans ses replis les plus intimes.

J’ai glissé ma main sous sa jupe.

N’a pas eu de rejet infime:

De mon souci n’était pas dupe!

Et j’ai fouillé à tâtons,

Cherché la magique baguette,

Le point G qui, dit-on,

Lui ferait ouvrir les gambettes,

Dans un halo valeureux,

Pour me donner, âme vaillante,

Le bonheur, l’instant bienheureux

De son ombre bienfaisante…

 

LA PARASOLETTE!

4 Réponses à “Debout à me regarder”

  1. julie dit :

    :D
    Fantas(me)tique de mon coquin poète… merci d’avoir pris ton pied en vers avec celui du parasol :) :)
    Bisous doux et belle journée, Gérard… tu m’as trop fait rire :)

  2. Mais à quoi pensai-je,le soleil me tape trop sur le caillou !!,

    très bonne soirée à toi.

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : Qui aime sème

Laisser un commentaire