Comme un renard qu’une poule aurait pris!

 

C’était un jour de joie,un jour de retrouvailles

Ensemble nous avions quelque peu fait ripaille.

Les enfants déjà grands avaient joué entre eux

Avec les lapereaux, le chien, à mille jeux.

Après mille baisers d’amour et d’adieux,

La famille des cousins, de tonton, s’en est allée.

Les restants, un peu tristes et désorientés

Sont rentrés pour ranger, pour réorganiser.

C’est alors que soudain, l’un d’eux se mit à crier:

« Mais où est donc le chien? Il était là ya peu! »

Chacun à son tour l’appelle: d’habitude il revient

Mais son gros museau noir ni le bout de sa queue

Ne reparaissent pas: qu’est-ce donc qu’il devient?

Quand par hasard, un peu trop amoureux

Il s’éloigne vraiment, je pars avec la voiture

Aux quatre coins du pays où il s’aventure

Crier son nom très fort : il accourt tout honteux.

J’ai fait trois fois le tour du village en auto

Crié très fort son nom dans chaque hameau

Sans le voir jamais bondir au fond du coffre…

Un peu désemparé, je lui ai laissé la porte

Ouverte quelque peu, d’hospitalité l’offre…

La nuit s’avançant, l’absence m’insupporte

Je vais tout inspecter de la ferme endormie

C ‘est là que je découvre au poulailler blotti

« Honteux comme un renard qu’une poule aurait pris »

L’animal qui d’un bond dans le parc introduit

N’a pas su ressortir comme il l’avait prévu

Par le portail forcé dont j’avais impromptu

Echangé l’ouverture, par sécurité,

Les poules ayant, une sortie, trouvée.

6 Réponses à “Comme un renard qu’une poule aurait pris!”

  1. julie dit :

    Tu ne l’as pas puni, j’espère… mon gentil poète. Ca peut arriver une fois que le toutou obéissant souhaitant imiter son maîtres, irait voir les poules… au poulailler ! :D
    Bonne semaine doux Gérard. Bisous.

  2. Ah le filou canin pétait la honte !!,

    très bonne journée à toi.

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : Etre soi

Laisser un commentaire