Juste un regard vers l’antiquité

Elle tissait, tissait sa toile

Sans s’arrêter, d’arrache-pied

Par les soupirants harcelée

(Ulysse avait levé la voile).

Elle tissait, tissait,  sa toile

Mais dans le travail rien n’avançait

A croire que derrière le poêle

Un animal la rongeait.

Elle avait beau très haut prétendre

Que son emploi était un vrai

Elle n’avait toujours rien à vendre

Le linceul vraiment trainait…

Pendant ce temps-là,

Fuyant de Charybde en Scylla

Délivré grâce à un pieu,

Ayant triomphé du cyclope

Et l’ayant même raillé un peu

Ulysse voguait dans les tempêtes.

Poursuivi par Poséidon

L’était loin le temps de la fête

Inutiles toutes protections…

4 Réponses à “Juste un regard vers l’antiquité”

  1. julie dit :

    Belle trans-interprétation contemporaine, bravo poète :)
    Doux bisous de bon weekend.

  2. renaud dit :

    Ton texte est subliminal.
    C’est l’affaire Pénélope FILLON ?

Répondre à julie Annuler la réponse.