Usurpation?

C’est chaque année comme une pierre
Dans mon jardin , sur mon coeur
Voyez-vous, je ne suis pas fier
Etre encore là n’est pas honneur:
Tant de plus jeunes sont partis
Que j’ai l’impression d’usurper
Des mois des jours des années
Dans le grand carnier de la vie.
Je me sens un peu coupable
Comme hébété que la faucheuse
Ne m’ait pas trouvé assez aimable
Pour me tendre sa main de gueuse.

Les commentaires sont fermés.