Marcheurs

Bâtons de marche et souliers ferrés
Ils allaient depuis trois heures
Par chemins et par sentiers,
Sans perdre de leur ardeur
Une deux, allons! Allons!
Avaient franchi les collines
Et traversé des vallons
Sans se soucier des épines,
Des cailloux ni de la boue
Car la pause du casse-croûte
Devait se trouver au bout.
Ils allaient traverser la route.
Je passais à ce moment…
« Ne passez donc pas si vite
Respirez donc un instant
Je voudrais tout de suite
Vous faire une petite leçon
De géographie bizarre
Comme jamais de mémoire
Vous n’aurez eu la chanson…

14 Réponses à “Marcheurs”

  1. julie dit :

    Très bien poète, mais j’aimerais si tu veux bien connaître la suite… :)
    Passe une douce semaine. Bisous géolocalisés.

  2. PARADISALIA dit :

    Marche ludique en ce lundi !!! Bises

  3. 010446g dit :

    @Julie: la suite se trouve ici (4 mars 2011)
    Bisous radoteurs

  4. 010446g dit :

    @Paradisalia: Une! deux! Ils ont eu une pause surprise!
    bises

  5. Gilles dit :

    Notre groupe s’étirait, ce soleil estival de février incitait à flâner.
    Et il aurait fallu se regrouper pour traverser la route rapide.
    Mais voilà qu’un vieillard cacochyme arrête pour nous son char à moteur,
    donnant aux randonneurs la priorité sur les forçats de la soupape !
    Nous traversons en vagues successives, comme des poules chassant le ver.
    « Avez vous deux minutes pour une leçon de géographie », dit à la fenêtre
    de son destrier métallique le bonhomme à la barbe et la lippe fort bonhommes aussi.
    Aussitôt dit, aussitôt fait. Et le voilà qui nous narre une histoire de géants,
    à laquelle notre participation active est requise  » Mère Aleus ! Jura ! Isère ! »
    Nous voilà conquis par cet animateur ayant manifestement roulé sa bosse.
    Il s’en va en nous disant : « Vous avez ensoleillé ma journée ».
    Et nous de même ! A pas de géants, soudain, nous reprenons notre tour
    pour cette belle randonnée à travers le pays de Tèche et de Saint Véran,
    sous un soleil inéspéré. Nous soulevons nous aussi les montagnes,
    sautant de Quincivet à Jayet et jusqu’à la Combe des Amours.
    Fourbus mais contents, nous garderons le souvenir du Conteur de haut vol
    qui nous a donné des ailes, avant de rentrer dans notre Vercors & Royans.
    G.

  6. leblogdelpapet dit :

    « Tenez : je suis un piéton, rien de plus »
    Lettre d’Arthur Rimbaud à Paul Demeny

    Dernière publication sur Leblogdelpapet : Divers haïkus vermotiques en juillet 2019

  7. 010446g dit :

    @Elpapet: merci pour la citation!

  8. timilo dit :

    Joli……….
    Tous les jours sans pluie et ils se touchent dans mon coin , je chausse mes souliers de randonnée pour ma petite marche d’un minimum de 6 km .. Certains jours ce nombre le multiplie par deux ou trois…
    Douce journée
    @
    timilo

  9. 010446g dit :

    Alors, bon pied bon œil, tu es parti pour dépasser le siècle.
    Bonnes randos

  10. Marcher oui mais pas si vite,voyons ces couleurs,rencontrons ces sourires,élevons nos êtres à la vie,prenons le temps de retenir le temps !!,

    très bonne soirée à toi.

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : Etre soi

  11. 010446g dit :

    C’est la différence entre rando sportive et promenade d’agrément…
    Bonne nuit à toi

  12. chantalflury dit :

    Très belle poésie sur les randonneurs. On peut se les imaginer.
    Claire.

    Dernière publication sur Amour, Beauté, Désir : NOSTALGIE

Laisser un commentaire