Le sceau d’infamie?

DES CROIX ROUGES
Grosse émotion
Dans une école maternelle:
Les élèves de petite section
Sont sortis en ribambelle
Avec une croix rouge sur le front.
La énième prof issue de pôle emploi
« Bien diplômée en psychologie »
Pour calmer son désarroi
Avait marqué du sceau d’infamie
Que chacun se le dise!
Quiconque commettait sottise…
Notons que les pauvres élèves
Avaient subi depuis la rentrée
Une multitude de relèves
Dont ils ne s’étaient point relevés…
N’étaient pourtant pas si nombreux
A en croire les maîtres vieux
Ceux qui connurent jusqu’à cinquante
Petits lutins (années soixante)…
Il est vrai que ces ignorantes
N’avaient que brevet supérieur
Fi! Maintenant faut diplôme de professeur.

Cela m’a rappelé une anecdote, dans un petit village de l’Isère à la fin des années 60, l’institutrice de maternelle tombe malade. Au bout de quelques jours arrive une remplaçante étudiante en psychologie.

Le premier jour elle enleva toutes les petites chaises: les enfants se battaient avec!
Le mardi elle ôta les tables: trop de doigts pincés!… Le mercredi les collègues vinrent à son secours en répartissant les petits dans les classes des grands: la maîtresse avait trop affaire avec le monceau de jeux que les mômes avaient jetés partout!
JOSPIN, SARKOZY qui ont élevé le niveau universitaire des enseignants pour jeunes enfants n’ont vraiment RIEN COMPRIS

14 Réponses à “Le sceau d’infamie?”

  1. Enseigner est un art,une vocation que nombre possèdent sans en avoir pourtant les diplômes requis !,
    très bon dimanche à toi.

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : Offrons cette réalité à notre éternité

  2. eructeuse dit :

    Dans un quartier dit difficile j’étais directrice et instit en petite section, je recevais dans ma classe de futures enseignants, je travaillais avec L’IUFM; c’était un groupe de cinq ex éducateurs qui ne voulurent pas mener la séance de  » sport » on disait psychomotricité à l’époque seul, ils firent donc contre mon avis une séance avec cinq ateliers où chacun avait le sien , je leur ai dit que ça ne serait jamais comme cela dans leur classe, ils n’ont rien voulu savoir… Sarkosy savait ce qu’il faisait en soit disant plaçant le métier d’instit niveau master c’est qu’il permettait à des étudiants issus des couches supérieures d’avoir un boulot et éloigner des jeunes issus des couches défavorisés trop rebelles ? ; j’ai vu une étudiante corriger des cahiers d’écriture en maternelle le soir dans sa classe; j’étais sciée, faire de l’écriture sans les enfants c’était en 2002, je faisais une nouvelle formation pour être maître E et des exemples comme ça j’en ai un paquet; bon dimanche !être enseignant de maternelle cela relève comme le reste d’une vraie formation et d’une grande connaissance de l’enfant …Il fut un temps où l’école maternelle française était considérée comme le top du top j’ai aussi une anecdote là dessus …J’ai reçu des enseignants allemands dans une école où j’étais aussi directrice…

    Dernière publication sur Victoryne Moqkeuz Eructeuse : VICTOIRE CONTRE LE NAZISME

  3. poesie2015 dit :

    J aime beaucoup ce poème et que c’ est seulement aujourd’hui que j’ouvre ton blog.Tes poèmes sont si diversifiés,comme je les aime,je t’ encourage donc à continuer d’ en écrire…

    Dernière publication sur Poesie2015 : Me revoilà

  4. julie dit :

    Y’a rien à comprendre mon gentil poète, tout va de tra-vers… :(
    Passe un agréable fin de dimanche. Bisous pédagogiquement corrects.

  5. 010446g dit :

    @chasseur d’images spirituelles: je crois que c’est d’abord une vocation.
    Le meilleur instit que j’ai connu était tunisien, il avait 90 élèves (45 / 45) il n’avait pas le bac, mais il savait transmettre TOUT ce qu’il savait, mais, surtout, il savait apprendre à trouver les connaissances qu’il ne pouvait pas « transvaser »
    bonne soirée à toi

  6. 010446g dit :

    @eructeuse: je ne suis pas surpris.
    je partage ton avis à propos de Sarkozy.
    Enseigner en maternelle, plus encore qu’à d’autres niveaux, demande une certaine inclination en plus de la formation, d’autant plus que selon le niveau, le métier n’est pas le même: un océan entre les tout petits et la grande section. De plus, le fait de venir en remplacement exige un doigté et un recul bien supérieurs… Ce que la pénurie savamment organisée par nos politiques, et la passivité plus ou moins importante des syndicats ne risque pas de résoudre.
    C’est vrai que notre école maternelle fut longtemps considérée comme une réussite.

  7. 010446g dit :

    @Julie: C’est un domaine qui me touche trop pour que je me taise.
    BONNE NUIT JULIE
    Bisous tout doux

  8. chamade1000 dit :

    Bonsoir
    Je ne connais pas les dispositions prises en France dans le domaine de l’enseignement..Tout ce que je sais est que les enfants ont besoin d’une personne qui les éduque selon leurs besoins sans les « mettre » en compétition..Pourquoi vouloir en faire des génies, des sur-doués.. L’éducation est une vocation..

    Dernière publication sur Mes émotions : A cette enfant que j'étais °°°°°

  9. 010446g dit :

    Tu as parfaitement raison.
    Ici, la personne n’avait sûrement pas mesuré le désarroi de petits qui avaient vu défiler un trop grand nombre de professeurs. Elle n’était pas à la hauteur pour faire face à ce type de cas. J’ai pratiqué pendant quatorze ans des remplacements de ce type, je sais combien il est difficile, avec de la « bouteille » de créer la confiance… Alors, même avec de grands diplômes, un(e) débutant(e) était vouée aux erreurs.
    MERCI POUR LA VISITE.
    BONNE NUIT

  10. timilo dit :

    Transmettre le savoir est une vocation
    Jolie histoire…
    Bon et doux Lundi
    @+
    timilo

  11. 010446g dit :

    C’est certain! Cela ne s’invente pas.
    Bonne journée à toi

  12. très récemment j’ai été choquée d’entendre des instits et profs oser avouer qu’ils et qu’elles n’en avaient rien à f… de leurs élèves, de leurs états d’âme et de ceux de leurs parents.. Ils et elles n’aimaient pas les gosses.. Un salaire et des vacances .. et des arrêts maladie à répétition…
    Mais bien sûr, c’était en soirée privée….. après quelques verres de whisky.. Pour eux, pas pour moi….. Jeune retraitée, j’étais déjà une vioque….
    Bonn journée à toi
    Tân

    Dernière publication sur chroniques variées : la nouvelle arche de Noé

  13. 010446g dit :

    C’est bien ce que je regrette: j’étais ulcéré le jour où j’ai entendu un prof de fac me dire à propos de ce qu’il enseignait: cela ne me concerne pas de savoir si mes cours les intéressent, ils me passionnent cela me suffit. On a, en changeant symboliquement les titres, amené dans les petites classes les comportements des universités, sans prendre en compte que les petits ne sont pas des adultes (si l’on peut considérer comme adulte des gens qui se complaisent dans la situation d’élève)
    Autrefois, ce genre de comportement ne concernait que « les épouses de » celles qui annonçaient qu’elles travaillaient « pour leur argent de poche »… C’était plutôt rare. Si on n’aime pas les enfants, ni les parents, pas surprenant d’être malade!.
    En fin de carrière, j’ai connu plusieurs des premiers issus « professeurs d’école » qui débarquaient avec la morgue de ceux qui se pensaient d’une autre classe… Faire face à une classe ordinaire leur paraissait impensable…
    On a remplacé la vocation par un « taf »
    bonne soirée à toi

Laisser un commentaire