Au nom des fils

 

(Présentation piochée sur internet)

Voici 17 ans, de jeunes scouts et un plaisancier ayant tenté de les sauver périssaient noyés au lage de Perros-Guirec, en Bretagne. La responsabilité de l’abbé Cottard qui avait en charge la surveillance des adolescents, était mise en cause. Un drame dont est tiré le téléfilm Au nom des fils, diffusé ce mardi 17 mars à 20h50 sur France 3.

Christian Faure s’est inspiré d’un fait divers breton pour le téléfilm Au nom des fils : la mort en mer de quatre jeunes scouts et d’un plaisancier qui tentait de leur porter secours, au large de Perros-Guirec en 1998. L’abbé Cottard, religieux traditionnaliste, avait été jugé responsable du drame. Les scouts, de jeunes adolescents, avaient en effet pris la mer, seuls, sans être accompagnés du prêtre, et ce malgré des conditions météorologiques très défavorables.

Le téléfilm met au cœur de l’histoire le destin de deux femmes : la mère de l’un des enfants, campée par Léa Drucker, et la mère du jeune sauveteur disparu, jouée par Isabelle Gélinas, qui vont chacune à leur manière affronter le deuil de la perte d’un enfant. Celles-ci devront faire face à leur entourage lorsqu’elles décident de saisir la justice, tandis que l’omerta règne dans la communauté religieuse, y compris chez les parents des autres jeunes victimes. La recherche de la vérité que ces deux mères doivent à leur enfant va peu à peu les rapprocher.

Mardi soir, sur fr3 passait le film : « Au nom des fils »

 

En dehors du drame sur lequel est bâti le film, ce qui peut frapper des gens non avertis des comportements de personnes qui pratiquent leur religion comme une secte, c’est la négation du prix de la vie. On peut comparer la manière dont l’entrainement de ces jeunes est conçu aux conceptions des généraux de 14-18… Et on est forcé de penser qu’il n’y a pas loin dans l’extrémisme, entre cet  entrainement et celui des enfants utilisés par DAESH.

Certains penseront que le film a forcé le trait…

L’année précédant le drame, j’avais eu maille à partir avec ce genre de « scouts », installés sur un terrain voisin, qui s’étaient présentés chez moi, pour « m’inviter » à assister chaque matin à leur messe en latin … Comme je leur avais répondu que cela ne m’intéressait pas ils avaient eu l’audace de me répondre : « ce sera de gré ou de force ». Bien entendu, je les ai jetés dehors, mais, chaque matin, à sept heures cinquante cinq, ils sont venus faire une manœuvre de rassemblement de type militaire devant ma porte.

Ma foi, je travaillais dans la banlieue lyonnaise, les jeunes zonards étaient moins désagréables.

 

PS : Je précise que je parle bien ici des « scouts d’Europe » et non des scouts de France avec qui le voisinage a toujours été correct voire sympathique.

Je crois savoir qu’après un scandale (fourniture d’adresses d’enfants à un éditeur de livres nazis , entre autres) un grand changement dans la structure a été opéré (année 2000)

5 Réponses à “Au nom des fils”

  1. timilo dit :

    J’ai été scout dans ma jeunesse, j’ai vu ce film , cette façon d’aborder le sujet m’a interpeller …
    Bonne journée
    @+
    TIMILO

  2. 010446g dit :

    Je comprends, mais il s’agissait d’une dérive .
    Bonne journée à toi

  3. Bibiche dit :

    J’aurais aimé être scout. Les balades en forêt et tout ça et tout ça. J’ai d’ailleurs toujours aimé le signe pour le salut des Scouts. Le pouce replié sur l’auriculaire et les trois doigts du milieu relevés pour la franchise, le dévouement et la pureté.

    Merci pour tes vers, ce matin. Un nouveau sourire que tu m’as arraché. Bonne journée

    Dernière publication sur Les aventures de Bibi Moulin : Compte à rebours.

  4. Alain Duragnon dit :

    Très beau téléfilm.
    L’extrémisme de quelque sorte qu’il soit porte en lui les gènes du repli, de l’exclusion.
    Ce n’est pas une dérive ( encore que dans le téléfilm, le dériveur… ) mais un penchant déviant de l’exercice d’un pouvoir spirituel ou séculier.
     » Dieu vous bénisse »

  5. 010446g dit :

    Merci de nous faire partager votre point de vue.
    BONNE JOURNEE;

Laisser un commentaire