Et ron, et ron petit patapon !

Oyez ! Oyez, bonnes gens !
Voici la fin de vos tourments !
Grâce aux solutions du MEDEF
Vous vous en sortirez comme des chefs.
Il vous faudra premièrement
Travailler beaucoup plus longtemps.
Jours fériés obligeamment
Vous viendrez gratuitement.
Votre salaire
De misère
On vous le fera plus serré :
Foin du SMIG : l’est pas sacré !!!
Ceci c’est un premier temps
Un peu plus tard évidemment
Pour un emploi
Quel qu’il soit
Il faudra payer le patron
Et ron, et ron petit patapon !

4 Réponses à “Et ron, et ron petit patapon !”

  1. renaud dit :

    Gérard, bonsoir, me voici de retour de villégiature au fin fond de la Corrèze où je me suis volontairement déconnecté d’internet pendant un mois et demi.
    Il faut savoir faire des pauses dans tous les domaines.
    J’espère que tu as passé un bon été et que tu es en forme.
    Autrefois en couture il y avait les « patrons ».
    On les appelait les « patrons-modèles »
    Les choses ont bien changé.L’on nous serre chaque année un peu plus la ceinture pour qu’eux prennent davantage de bide…..
    Amitié
    Renaud

  2. 010446g dit :

    J’espère que tes vacances ont été douces.

    D’accord avec ton jugement

  3. leloupbas dit :

    Attention, attention, attention.
    Comme l’a écrit Simenon dans son livre.
    Maigrét et la petite contésse.
    Il y a deux sortes de patrons.
    Ceux qui fréquentes les mêmes bistros que les ouvriers et ceux qui vont au palace.
    La première catégorie a un esprits inventif et est donc la vrais richesse.
    Elle est beaucoup plus exposée que l’autre aux coups de bâtons.
    Monsieur se la Fontaine a mi en garde.
    Ne pas tuer la poule aux oeux d’ors.
    Jean-louis

    Dernière publication sur jlc1552trey : Demain le train

  4. 010446g dit :

    « Il y a deux sortes de patrons.
    Ceux qui fréquentes les mêmes bistros que les ouvriers et ceux qui vont au palace. »

    Mais ceux qui fréquentent les mêmes bistrots que les ouvriers savent ce que veut dire « crever de faim » et ne font des suggestions insupportables.

Répondre à renaud Annuler la réponse.