Mère héroïque

Je te salue, mère héroïque
Qui combattit si violemment
Contre la buse famélique
Qui s’attaquait à tes enfants.
Du cri, du bec et des griffes
Tu as frappé jusqu’à la mort
Et même morte, c’est des gifles
Que tes ailes donnaient encore.
Tes pillots sont orphelins
Réfugiés au fond du jardin
Orphelins mais ils sont sauvés
Je me découvre pour t’admirer !

Laisser un commentaire