Orage

Il pleuvait vraiment trop
Pour se jeter dehors
Les clients du bistrot
Se massaient corps à corps
Sous un auvent de toile
Qui ployait sous l’effort :
Un étang sur la voile
En forçait le ressort.
Les yeux sur le ruisseau
Qui coulait dans la rue
Elle rêvait de beau
Retour dans la nue.
Mais voyons madame,
Jolie fée inconnue
Cherchez donc dans votre âme
Le soleil disparu !
Ah ! Je crains me dit-elle
Mais c’est pour mon mari
Il est avec l’échelle :
Le toit n’est pas fini
Surpris par cette averse
Il pourrait bien glisser
Têtu, car le temps presse
Il va se ramasser !

Laisser un commentaire