Une rencontre

Leurrés par un renseignement erroné du « dauphiné libéré », nous sommes allés au cinéma voir un film qui n’était pas projeté à ce moment-là…
Après avoir fait quarante kilomètres, nous avons préféré changer notre choix initial pour « une rencontre » avec Sophie Marceau et François Cluzet.
Nous n’avions pas lu les critiques méprisantes de « mon ciné », donc notre regard était vierge pour apprécier une histoire romantique .
Contrairement à ce que dit cette critique, je n’ai pas un seul instant noté que « l’écrivaine » cherchait à défendre la langue française, j’ai plutôt vu des façons de vivre, des relations très conformes à ce que l’on raconte des traditions autour de l’édition…
S’il y a des néologismes, issus de « la parlure adolescente », rappelons-nous qu’une langue qui n’évolue plus meurt….C’est vrai que j’ai en rentrant questionné des ados pour connaître le sens exact de « boloss »
« L’échange entre deux acnéïques sans but dans la salle d’attente de Body Minute » qu’a vu l’auteur de la critique, n’est peut-être pas l’émanation d’un Platon du vingt et unième siècle, mais c’est un film agréable.
Quant à « l’incitation à l’infidélité », elle se résume dans la phrase prononcée par Pierre (François Cluzet)
« Le héros, de nos jours, ce n’est pas celui qui quitte sa femme, mais qui reste avec elle »

Allez ! Bon ! Je radote !

7 Réponses à “Une rencontre”

  1. iowagirl dit :

    Misogynie quand tu nous tiens, quel bore ! surtout dans un film. Et Cluzet ? euh ! C’est pas un très grand prix. C’est presque un boloss !

    Pouah, pouah, et re-pouah !

    (en tout cas, merci pour l’avertissement, je n’irai pas voir le film s’il vient à Des Moines)

  2. tardlesoir dit :

    N’ayant pas vu le film, je me tairai. Quel film aujourd’hui n’est pas une incitation à l’infidélité (vu hier soir le très beau « Temps de l’Aventure », je vous le recommande, si je peux me permettre)? Chacun sait ce qu’il a à faire et n’a pas besoin d’un film pour le savoir.
    Quant à l’évolution de notre langue, bien sûr que oui, ça prouve qu’elle vit.

  3. tardlesoir dit :

    Voici une autre critique de Jérôme Garcin dans Bibliobs : je vous donne le lien : http://bibliobs.nouvelobs.com/la-tendance-de-jerome-garcin/20140422.OBS4648/cinema-les-sorties-de-la-semaine-sont-tartignoles.html?cm_mmc=EMV-_-N
    Je ne suis pas forcément une aficionada de ce critique mais bon….

  4. Rosa Line dit :

    « incitation à l’infidélité », quel rapport avec la phrase de Pierre ?
    C’est un héros parce qu’il quitte sa femme pour ne plus être infidèle ou c’est un héros de rester avec sa femme qu’il trompe ?

    Récemment j’ai qualifié un élève, qui se moque toujours de ses camarades et qui ramène toujours son grain de sel, de bolosse, gentiment et en plaisantant. Cela les a tous scotchés. Ils ont souri et moi aussi.
    Ma fille m’a aussi avertie d’un nouveau signe sonore avec la bouche et qui est insultant.

  5. 010446g dit :

    Je n’aurais pas parlé de ce film, si je n’avais pas lu la critique assassine de « mon ciné » _exagérée à mon sens.
    Ces rencontres imprévues et pleines de promesses toujours contrariées ont tout de même un certain charme.

    En fait, ils sont sans cesse sur le point de passer à l’acte, et, chaque fois un élément vient contrarier leur attirance.
    Ca reste un flirt
    Pierre considère qu’ il a eu assez d’aventures et que celle qui se présente _très réalisable_ il peut être capable d’y résister… Là se trouve son héroïsme.

  6. sable du temps dit :

     » bolosse  »  » c’est encore à la mode ? Je l’entendais déjà il y a trois ou quatre ans au collège ! Normalement ce mot devrait être has been, si j’en crois certains de mes anciens élèves ( un peu snobs il est vrai ).
    Quant au film, je ne connais que la bande annonce que j’ai trouvée un peu cucul -la-praline, et qui ne me donne pas envie de le voir, mais elles sont parfois trompeuses et ne donnent pas toujours l’exacte image du film.

  7. 010446g dit :

    Eh! Bien! voilà ce que c’est que d’aller se terrer dans une citadelle, où les contacts avec les jeunes sont rares pour cause d’éloignement entre les hameaux et de difficultés dues à la neige
    ! je ne connais plus le bon langage!
    On devrait installer un blog -lexique des expressions ados « dans le vent »

Laisser un commentaire