Horrible horreur

Horrible horreur dans la montagne
Chacun dormait à poings fermés.
Mais dans la nuit quand le gel gagne
Les gros rochers sont ébranlés.
Dans un fracas de catastrophe
L’un d’eux d’un coup a dévalé,
Signant une grande apostrophe
Sur le versant tout désolé.
A la lumière de la grande ourse,
On a du mal à distinguer.
La maison placée sur sa course
Comme en légos s’est effondrée .
Sous les décombres amassés
Deux pauvres corps écrabouillés
Et leurs parents presque-s indemnes
N’ont plus que leurs yeux pour pleurer.
Et leurs parents presque-s indemnes
N’ont plus que leurs yeux pour pleurer
POUR PLEURER

4 Réponses à “Horrible horreur”

  1. tardlesoir dit :

    J’en étais bouleversée hier soir! On se perd en conjectures sur les lois du hasard…. Beau partage de chagrin…

  2. 010446g dit :

    horreur pour les enfants, horreur pire peutêtre encore pour les parents.
    Le hasard est aveugle… Et sans loi!

  3. gravier myriam dit :

    Je connais et partage avec d’autres mamans en deuil la culpabilité d’être encore là et le manque qui à jamais en nous restera. Je préfère ne pas m’attarder sur cette poésie bien trop réaliste.

  4. 010446g dit :

    Mes mots seront vains pour vous dire que je partage.
    C’est la pire douleur que le sort puisse infliger.

Laisser un commentaire