Devant le laboratoire…

 

C’était la foule, de bon matin,

Devant le laboratoire.

Des vieux, beaucoup , avant de boire

Leur petit canon de mise en train.

Elle arriva en voiture,

Avec sa mére, enfin, peut-être .

J’ai eu du vent dans la voilure

Besoin soudain de paraître.

Elle était pâle, un peu défaite,

Elle était belle et jeunette

Je leur clamai en pirouette

Quelques vers à la sauvette.

Je vis se creuser ses fossettes

Dans un sourire pour l’amusette.

J’espère au moins pour l’occasion

Avoir soulagé l’appréhension !

Laisser un commentaire