Trois jours sous une benne

Dans la ferme de mes parents, il y avait nombre de poules. Elles se couchaient la nuit dans une cage suspendue au plafond de l’étable, au-dessus du « teret ».Un zig-zag de planchettes sur lesquelles des tasseaux étaient cloués leur permettait au moment de la mue de ne pas avoir besoin de voler pour y accéder.

Un pan de mur, au-dessus de la cage des canards, était meublé de cases, garnies de paille où elles pouvaient aller pondre… Mais bien souvent ces demoiselles, dès que les beaux jours arrivaient, préféraient rechercher un coin plus personnel pour déposer leurs  œufs. C’était un jeu, pour les enfants, de suivre des yeux la poule afin de découvrir le nid. Parfois, certaines, moins discrètes, poussaient leur chant de victoire ce qui limitait les recherches…

De temps à autre, l’une se mettait à glousser, signe qu’elle voulait couver… Si le moment était mal choisi, ou si trop d’autres en faisaient autant, alors il fallait la « découver ». Pour cela, on l’enfermait au noir sous une benne (demi tonneau) sans manger pendant trois jours.

Les enfants qui refusaient de manger les aliments présentés à table, étaient menacés de subir le même sort…

Laisser un commentaire