Au détour d’une gondole

 

Quand au détour d’une gondole

On croise splendide déesse

Le coeur bondit, le cœur s’affole

On se sent porté par la liesse

Et si pour le plus grand bonheur

Elle vous fait don d’un bisou

Le monde alors devient meilleur

Le temps alors devient plus doux

Cela si bon parfois m’arrive

Et j’en suis tout éberlué

Il faut bien sûr que je l’écrive

Tellement j’en suis remué.

Laisser un commentaire