Chaleur

Dès que je ferme les paupières

Ton image vient s’imposer

Je  sens ta chaleur se diffuser

 Jusqu’aux tréfonds  de mon être

Et je rêve de me figer

Que sans un mot sans rien bouger

Le temps dans cette félicité

M’emporte en douce éternité

Laisser un commentaire