Donder les bauilles

 Vers l’âge de deux ans, on « dondait les bauilles » entendez par là qu’on habituait les génisses au joug. Il y avait toujours un peu de suspens au moment de cette opération délicate. Certes, nos bêtes étaient dociles : de bonnes villardes, mais fières. Plus que les forcer, il fallait les convaincre. Le joug était posé en travers des portes de l’étable. On détachait une des vaches de premier joug qui venait se placer sans rechigner devant. Une personne entourait les cornes de la génisse d’un petit lien, la détachait de la crèche et l’amenait juste à côté de la vieille, devant le joug. On attendait un petit moment pour laisser le calme s’établir, puis, dans un mouvement d’ensemble, on élevait le joug qu’on liait d’abord d’un tour provisoire aux cornes de la grosse vache. C’est alors que, doucement, sans cesser de lui caresser le nez, on posait l’autre partie du joug sur le cou de la génisse, et qu’on entourait la première corne avec la joucle, puis la deuxième… Cela se faisait généralement sans trop de mal. On finissait la ligature pour les deux bêtes, on se reculait…La vache dressée suivait. Il n’en était pas toujours de même pour la génisse : certaines se tortillaient dans tous les sens, bondissaient comme dans un rodéo, ou, pire, se couchaient et refusaient de bouger. Cela durait parfois un grand moment, puis, en désespoir de cause, la jeune recrue se décidait à avancer. On lui faisait faire un petit tour, puis on ramenait l’attelage. On distribuait une poignée de sel à chacune, avant de, délicatement, délier d’abord la génisse qu’on laissait courir pour se détendre. Le lendemain, la même opération devait avoir lieu, mais cette fois, on faisait sauter un timon de char, et reculer(épreuve difficile !) Chaque jour, on ajoutait une nouvelle épreuve jusqu’à ce qu’enfin, sans besoin de lien préalable la génisse vienne s’arrêter devant le joug pour attendre d’être liée.

 

note: la joucle est la lanière de cuir du joug

 

 

2 Réponses à “Donder les bauilles”

  1. mireille dit :

    Texte délicieux

Laisser un commentaire