• Accueil
  • > Archives pour décembre 2011

Archive pour décembre 2011

Pas notre heure!

Samedi 17 décembre 2011

 

Ce jour-là, nous étions deux enfants ( à chercher des champignons ou cueillir des fleurs ?) dans « le champ de Magnat »,terrain plat entouré de haies, au-dessus de notre maison.

C’était l’automne, période de chasse, des pas dans la montagne ne pouvaient nous alarmer.

Tout à coup, nous entendons un bruit de dégringolade dans le « peure » le champ abrupt situé au-dessus. Je me souviens avoir pensé : « Le Jérémy est bien pressé pour dévaler la pente ». Jérémy était notre voisin, grand chasseur, qui gardait souvent ses quelques moutons dans la montagne. Le bruit se rapprochait derrière la haie épaisse… les branches craquent, un petit arbre se couche et un énorme rocher vient s’arrêter à deux pas de nous.

Ce ne devait pas être notre heure !

La génuflexion… laïque?

Jeudi 15 décembre 2011

Transfert de rites ???

Naguère, en entrant dans une église, chaque fidèle, en signe de soumission devait se prosterner en génuflexions…

Cinq fois par jour, le visage tourné vers La Mecque, le bon musulman doit front contre terre faire acte de dévotion

Je croyais jusque –là, ce genre de gestes cantonnés dans les locaux religieux… Mais voilà que grâce à Monsieur le ministre Chatel , la prosternation LAIQUE va rentrer dans les écoles. En effet, afin de s’assurer une progression normale de carrière, les profs seront forcés de s’étendre en carpettes devant leur chef d’établissement. Le nombre de courbettes semble le seul critère possible pour un individu incompétent dans la majorité des disciplines enseignées, pour évaluer la valeur des enseignants.

PAUVRE EDUCATION NATIONALE !!!!

Douce soirée

Jeudi 15 décembre 2011

C’était un de ces soirs

Où je me sentais vieux

Egaré, déplacé, dans le noir.

De mon épouse, c’était le milieu.

On  parlerait de livres, mes rivaux

Ces objets sataniques qui beaucoup mieux que moi

Lui procurent extases, frayeurs,  joies

Coups de froid, coups de chaud…

A la table à ma gauche, la chaise était snobée

Je ne pouvais savoir qu’y viendrait une fée.

Enigme jamais déchiffrée

Etre fort ? fragile ? libre ou libérée ?

Le restaurant indien bruissait de mille voix

Pour le néophyte, difficile, le choix,

Je me sentais petit, pas de prise cette fois

Pour mes vers radotés à la noix…

Pourtant, est-ce le fait des épices corsées

La conversation doucement réchauffée

J’ai senti peu à peu s’établir la clarté

Je me sentais capable au-delà des années

De toutes les audaces, même jamais osées

Pour un soir un peu redouté

Ce fut un moment de douceur

Qui chante doucement dans le coeur

Le nid de petit lemming

Mercredi 14 décembre 2011

 

Petit lemming cherchait, cherchait….

Cherchait où faire son nid….

Dans un fourré ?Mais la neige va tomber !

Dans un grenier ? Les chats y vont chasser.

Sous une tuile ? Un abri trop léger contre les grands froids du pôle.

Sous le tas de foin ? Quand les rennes auront mangé, ils marcheront sur les petits.

Tiens ! mais voilà une chose bizarre ! rouge bordée de blanc, toute douillette à l’intérieur, comme une cachette bien fermée au fond.

Petit lemming est ravi : ses petits seront bien protégés….Novembre passe sans souci… et voilà qu’en décembre un gros homme surgit. Il a une barbe blanche, un gros ceinturon doré.Il saisit sa botte et voudrait l’enfiler…. 

« Tiens ! Qu’y a-t-il donc au fond de cette botte ? 

_Au secours ! crie lemming vous détruisez mon nid !

_Cet objet est ma botte répond le père NOEL et j’en ai besoin pour faire ma tournée, sinon les petits enfants n’auront pas de cadeaux…. Ecoute ! j’ai une idée ! Pour cette nuit tu resteras bien au chaud contre l’étoile et quand je reviendrai je te rendrai ta cachette »

Ainsi fut fait. Lemming pelotonné resta près de l’astre et NOEL apporta les cadeaux aux enfants. En rentrant, il prêta de nouveau sa botte à lemming : lui aussi avait bien droit à un petit cadeau !

Les pieds de porc

Samedi 10 décembre 2011

 

Les pieds de porc en gelée

Pour utiliser les pieds du porc que l’on venait de tuer, ma mère les faisait cuire dans assez peu d’eau, avec des châtaignes(et des épices ?)Elle  ôtait ensuite les os et répartissait la chair et les marrons dans des plats puis recouvrait avec l’eau de cuisson.

Refroidie, la préparation me paraissait délicieuse… Mais lorsque j’ai essayé d’imiter ma mère pour en servir à mes enfants, ils ont fait la grimace…

Les goûts évoluent !

VOLEURS!

Vendredi 9 décembre 2011

Voleurs !

OUI ! VOLEURS D’IMAGES !

Qui ? mais ces entités dont on ne sait pas grand-chose : ces êtres peut-être virtuels même qui ont substitué à notre bonne vieille télé une espèce de multi perroquet ressassant sans cesse les films déjà vus sur  TF1 France 2…M6 ou compagnie…

Ne voilà-t-il pas que ces êtres que je ne saurais qualifier, dans un premier temps, alors que NOUS N’AVIONS RIEN DEMANDE, se sont permis de cacher les images de nos films en cours de diffusion par des bandeaux répétés disant : « la diffusion de cette chaine va s’arrêter le… dotez-vous impérativement d’un décodeur numérique…

On parle de prise d’otage à tort quand des gens, pour défendre leurs conditions de travail se mettent en grève… MAIS JE N’AI ENTENDU PERSONNE DENONCER CETTE PRISE D’OTAGE AVEC EXTORSION DE FONDS !!

Mais voilà que, las, du chantage de ces entités, après avoir été contraint de débourser le prix d’un décodeur augmenté du prix de l’antenniste indispensable dans les lieux un peu isolés, la soirée se trouve de nouveau bousculée par un bandeau : « sans intervention de votre part, la diffusion va s’arrêter »…NON ! MAIS ! Ils vont venir longtemps intervenir dans notre vie ? Nous voler des images de nos films en cours de soirée ?

Le bouillon gras

Jeudi 8 décembre 2011

 

A l’époque de mon enfance, nous ne mangions pas souvent de la viande de bœuf : le porc et les volailles apportaient largement notre ration de protéines…Cependant, ma mère cuisinait de temps à autre, un « bouilli » (entendez un morceau de bœuf à pot au feu)

Souvent, c’était le dernier argument du boucher achetant une bête pour emporter le marché : il promettait en plus de la somme offerte, un rôti, un saucisson ou un plat de côtes.

Je ne me rappelle pas qu’elle ait mis beaucoup de légumes avec la viande… Par contre, je garde un souvenir très fort du bouillon gras qu’elle nous servait le soir.

Il s’agissait de l’eau de cuisson du « bouilli » servie très chaude sur des tartines de pain épaisses, sur lesquelles étaient disposées des tranches fines de gruyère qui fondaient avec la chaleur . Des fils s’allongeaient de l’assiette jusqu’à la bouche pendant que nous mangions, il fallait parfois les enrouler sur une fourchette pour les maîtriser.

La Piloune

Mercredi 7 décembre 2011

 

Fille de Chalaise, élevée à la ferme.

La Piloune était une magnifique bête, la dernière d’une lignée, jamais dressée, bonne laitière, elle fut la dernière vendue quand mon père quitta la ferme. Celui qui l’acheta fit une affaire formidable : nous voulions à tout prix qu’elle soit gardée vivante.

Peut-être une de ses descendantes est –elle encore dans son troupeau ?

Nos animaux

Mercredi 7 décembre 2011

 

Ne soyez surtout pas surpris

Si je vous parle de nos bêtes

Comme des sœurs ou des amies

Des cousines ou des parentes

Nous vivions près d’elles tellement

Partageant leurs joies leurs souffrances

Leur prêtant même des sentiments

Plus élevés que ce que l’on pense !

En revenant à la maison

Après semaine de pension,

C’est à l’étable en premier lieu

Que je portais toujours mes yeux.

Car c’est bien sûr que trahison

Des animaux : pas de raison.

La Charmante

Mardi 6 décembre 2011

Elle était fille de Mirette… grosse laitière, facile à traire…

La Charmante fut très longtemps la préférée en premier joug. Facile à lier en plein champ, quand au moment de quitter le pâquer, on voulait en profiter pour atteler le char plein d’herbe à donner au moment des traites.

Elle était obéissante, permettait de dresser les bauilles  sous le joug : liées avec elle, elles apprenaient chacun des ordres à exécuter.

Ses veaux étaient toujours de belles formes, nous les avons gardés souvent : génisses fécondes et laitières , taurillons prompts à s’engraisser .Elle fut bien une des rares qui ne succomba pas à l’épidémie de brucellose…

Elle fut fauchée par la campagne de lutte contre la tuberculose (réaction douteuse dit le véto…à abattre !)

12345