crimes à Velebeau (suite)

 

Martin est commandant de brigade à Velebeau   

Un homme a été tué dans son secteur… et on a retrouvé la voiture d’un inspecteur de l’Education Nationale dans un gouffre L’enquête s’annonce épineuse. L’inspecteur Hamelin a été dépêché pour l’enquête  on a trouvé un vieux manche cassé sur le lieu du crime…Hamelin en voyant l’objet a l’intuition de se trouver face à un indice capital. Il décide de rencontrer ce Mathurin Gamet, d’interroger sa femme et sa fille, mais celui-ci se fâche et le menace.il convoque les deux femmes. Elles disparaissent 

 

 

 

« MATHURIN EN GARDE A VUE ! ! ! » 

Emilien était venu pour soigner les bêtes et faire face au plus pressé. Pas de nouvelles des deux femmes. Le gendarme placé là pour surprendre une communication n’avait rien surpris du tout. Le téléphone était muet. Muets les voisins. Muets, les grands-parents. Muet Mathurin. 

Une rumeur commença à se glisser dans les maisons : pour qu’il soit arrêté, il fallait bien qu’il ait fait quelque chose ! C’était peut-être qu’il les avait tuées toutes les deux. En grandissant, la rumeur prenait des allures de certitude. On prétendait l’avoir vu creuser dans la nuit…Où ? Là les versions étaient divergentes. 

Les gendarmes retournèrent le champ que Mathurin venait de labourer. Sans rien trouver, bien sûr ! On sonda les marais, sans plus de succès.  

Martin commençait à trouver qu’après quinze ans de calme, cela faisait vraiment trop.. Hamelin recevait des coups de téléphone du préfet, lui intimant l’ordre de déboucher au plus vite. L’enquête piétinait. Les jours passaient. Faute de preuves, on avait relâché Mathurin, mais ni Mélanie ni Adeline ne reparaissaient. Confusément, Martin sentait bien que tout était lié à ce type massacré….Où les femmes étaient-elles passées ? 

Au bout d’un mois, le juge d’instruction considéra que monsieur Paudefait avait été victime d’une agression d’auteur inconnu. Sans refermer le dossier, il le mit en veilleuse. Hamelin fut rappelé à son commissariat et Martin en resta avec cette affaire irrésolue sur le cœur comme une poule égorgée attachée au collier d’un chien de chasse.  

Quand revint le printemps, Mélanie reparut. Martin, instruit de son retour, l’attendit à la sortie de la messe du dimanche (c’était la seule sortie qui lui était autorisée par Mathurin) et l’emmena pour interrogatoire. 

Laisser un commentaire