Le petit coeur de ma pendule

Le petit cœur de ma pendule

S’est arrêté un beau matin

J’ai senti dans le vestibule

Comme un malaise incertain

Il était comme la virgule

Qui ponctue le gai quatrain

Je le secoue, je le stimule

Mais il refuse le coup de main

Son pace-maker n’a plus de pile

Et moi, l’idiot, je n’en sais rien !

Laisser un commentaire