quand viendra l’heure

 

Je ne sais quand viendra l’heure

Je ne sais quel sera le moment

Brutal ou insensible, maladie, accident

Hallali ou serein. Je ne veux de demeure :

Que le feu de Vulcain, passant sur mon cadavre

En fasse de l’engrais pour faire pousser les arbres.

Qu’à ceux que j’ai aimés, mon âme en douceur

Se glisse doucement dans leur esprit et cœur.

Qu’à ceux qui m’ont aimé soit rendu cet amour

Au centuple toujours, jusqu’à la fin des jours.

Ceux qui m’ont côtoyé, superbes, indifférents,

Que ne vienne troubler, ni questions ni tourments.

Mais que ne viennent point autour de ma dépouille

(Comme sur lambeau rouge, un amas de grenouilles)

S’agglutiner et marquer de quelconque tristesse

Ceux qui, ma vie durant, n’ont jamais eu de cesse

De cracher sur mes vues, mes idées, mes paroles,

De calomnier mes actes, pour eux des fariboles

Que ces pâles croupions qu’on dit hauts fonctionnaires

Restent bien clos chez eux avec leurs secrétaires

Que leurs frêles servants, les deux genoux à terre

Ne se relèvent pas tendant haut leur derrière

Que ceux qui n’ont jamais que le rare courage

De saluer bien bas ceux qui manient l’outrage

S’abstiennent de verser ne fût-ce qu’une larme

Car du fond de l’abîme, si je n’ai pas une arme,

Aujourd’hui et demain pour cent générations

Dusse mon serment me jeter dans les flammes

Je jure d’attirer sur eux malédiction

Pour le temps que l’on dit être le temps de l’âme

Maudits soyez au loin ! s’exhalant ,  mon esprit

Ne voyant pour un jour pas votre hypocrisie

Oubliera peut-être ce qui ne se pardonne

Et montant au-dessus de vos tristes personnes

Trouvera un chemin quelque peu détourné

 Que la boue de vos actes n’aura pas maculé !

4 Réponses à “quand viendra l’heure”

  1. julie dit :

    …. beau !
    :)

  2. julie dit :

    Bisous Petit-Beurre, Gégé ;)

Laisser un commentaire