Les vêtements et moi (3)

Une histoire vraie de mon enfance…



LA ROBE DE
LA MARIE

Le Gene était inquiet  ce soir du 15 mai, voilà-t-y pas que
la Marie était
revenue de la foire avec une belle robe neuve,une robe noire avec des perles. Il comprenait pas, le Gene, ce qui lui avait pris.
Toute leur vie, ils avaient économisé sou à sou ,et
la Marie était pas en reste en matière d’économie. Y en avait même qui racontaient qu’ils étaient un peu avares…
Alors, aujourd’hui ! ! ? ! Elle avait pas besoin d’une robe des dimanches :la sienne avait pas dix ans et elle était encore belle, elle l’avait bien soignée.
« OH ! BEN ! MARIE ! mais qué que t’â pré ? Te n’ayâ pas besoin ! »
(mais qu’est-ce qui t’a pris ? Tu n’en avais pas besoin)
La Marie avait baissé la tête,…et puis, dans la complicité de leurs quarante ans de vie commune, elle lui a avoué : « Côte, Gene ,Te siâ plus bien jouenne,te peurrè ben meuri yon di que tou jô. Alors me fallait ben na roba nére ! »
(Ecoute, Eugène, tu n’es plus bien jeune, tu pourrais bien mourir un de ces jours. Alors, il me faut bien une robe noire) Le Gene avait pas pensé à ça ! Alors c’était pour lui faire honneur qu’elle avait fait cette folie ! Il en avait la larme à l’œil !

Ce soir-là, y avait des tavants*. Les bauilles** avaient la gingue***.
La Jaille était chasseure****. le Gene les a détachées,elles ont sauté sur
la Parise.
La Marie a bien essayé de les éviter,mais elle était plus bien jeune non plus, et les bêtes l’ont piétinée.
En regardant
la Marie étendue sur le lit pendant la prière des morts,le Gene était bien fier qu’elle parte avec la plus belle robe de sa vie

* taons **génisses ***ruaient, sautaient, étaient très énervées
****
la Jaille était en chaleur 

Laisser un commentaire