Vie politique

Un sapin orgueilleux
Au flanc d’une montagne
Tendait un chef audacieux
Comme un mât de cocagne.
« Regardez, disait-il, j’ai du coeur,
Je suis vert. Je suis sage,
Je tutoie les nuages.
La terre, quel malheur,
Est de triste couleur. »
Lasse de ce mépris,
La porteuse ouvrit
Un minuscule col.
Le vent y prit son vol
Et d’un coup abattit
Le grand arbre maudit.

Ainsi bien trop souvent
Nos bons législateurs
D’un regard méprisant
Toisent les électeurs,
Lesquels, en s’abstenant
Les rendent ….spectateurs ! 

Laisser un commentaire