Le syndrome de Stockholm

21 janvier 2021

A force, comme marionnettes,

D’être baladés à hue, à dia,

Pauvres Français girouettes,

Assommés par les médias,

Pris en otage par des gens

Qui n’ont pas voulu, à temps,

Prévoir(protéger) des dispositifs

Efficaces, solides, réactifs,

Du syndrome de Stockholm,

Dans votre intense désarroi

De moutons, plutôt qu’hommes,

Etre subtilement la proie?

Déjà, on entend des soupirs:

« Pas plus mal que les autres!

Y a mieux, mais il y a pire

Restons bien fiers des nôtres »

 

Les marionnettes

21 janvier 2021

Au gouvernement

On nous prend pour marionnettes

Lavez-vous  les menottes

Toux dans coude évidemment

Pas de masque surtout

Souriez souriez marionnettes

Pas de masque du tout

Marionnettes bien écoutez

Mouchoir à jeter

Soufflez! Soufflez, marionnettes

Bisous prohibés

Marionnettes confinées

Tous bien séparés

Tournez, tournez marionnettes

Sorties surveillées

Marionnettes obéissez!

Deux mois enfermées

Calmes, calmes marionnettes

Deux mois terminés

A sortir on peut penser.

Vous pouvez danser

Jeunes jeunes marionnettes

Puis tous entassés

Sur les plages vous baigner.

Vacances finies

Tous le masque tous le masque

Mais pour jeunes frasques

Marionnettes on ferme les yeux

Ah! C’est pas prévu

Marionnettes marionnettes

Couvre-feu c’est vu!

Dans certaines régions vedettes

C’est pire que prédit

Marionnettes hou! hou! hou!

Enfermés c’est dit

Marionnettes restez chez vous!

Que feront demain

Les petites marionnettes

Sur quel dur chemin

Vont-ils leur briser la tête?

Noeuds lâchés pour quelques jours

Mais de suite on crie scandale

Des gens ont même fait l’amour

Mettez les vieux dans les cales.

Quel danger ces marionnettes

Qui osent relever la tête

Qui a fermé les hôpitaux

Sous de bien fumeux prétextes?

Parlez parlez merles beaux

Pondez pondez! mille textes

Plus personne ne vous croit

Nul ne veut plus porter la croix.

Vaccins! Vaccins! Vaccins promis

Mais tout est toujours engorgé

Gros silo petite trémie

Patience! Patience, il faut forger…

 

Et bientôt l’inquisition?

21 janvier 2021

Attention!

Pas d’objection!

Le langage aseptisé

Est le seul autorisé.

C’est vrai dans tous les organes

L’oeil ne doit voir ce qui fane!

Défense par un léger strabisme

De discerner l’extrémisme,

Lequel n’est pour l’occasion

Pas incarné par la raison.

Un seul mot voire un dessin

Quand bien même sibyllin

Fait lancer les horions,

Déclenche condamnation.

Des sectes l’inquisition

Se sent en juste mission.

 

Fils successeur du père…

19 janvier 2021

J’ai, un jour, été choqué,

De voir, avec quelle volonté,

Le fils d’un homme que j’ai apprécié

En tant que maire éclairé,

Elu au siège communal,

S’efforçait d’effacer,

Comme s’il s’agissait d’un rival,

Toute trace du passé.

C’est, bien sûr, depuis Oedipe,

Ce qui,  à chaque génération,

Surgit, nom d’une pipe,

Dans le cerveau des croupions…

Incapables de créer,

D’ériger, de faire fructifier,

Ils pensent faire oeuvre utile

En rasant ce que l’édile

Au bon temps de leur jeunesse

Considérait comme prouesse.

Mordre la main qui t’a nourri

C’est maintenant à la mode

Mords la main qui t’a nourri

Voilà ce qu’est le nouveau code…

 

 

 

Age relatif: quinze et demi

18 janvier 2021

Au doigt mouillé d’après mon compte

J’ai quinze et demi dans le coeur

L’unité? est-ce que ça compte?

Suis un ado pour le bonheur!

Que nul ne sape avec rudesse

Mon petit château de jeunesse

Ce serait trop de tristesse,

Ce serait manquer de sagesse.

Devant un sein qui se dresse

J’ai quinze mois et demi

Je le dévore avec rudesse

Je lui fais des petits mimis.

A la rencontre des déesses,

Là, j’ai quinze ans et demi:

Je leur déclame avec tendresse

Des vers caresses, des mots jolis.

Si la camarde traîtresse

Me dit: » C’est quinze lustres et demi »,

Je réponds à cette bougresse:

« Attends quinze siècles et demi. »

 

Secret?

18 janvier 2021

 Jamais homme sage et discret,

Ne révèle à femme son secret. 

Certains s’en mordent les doigts

Car croire au respect du silence

C’est se mettre dans l’oeil le doigt

C’est construire sur la mouvance.

 Une femme ne cache bien que ce qu’elle ne sait pas. 

Ce n’est pas moi, ce sont les proverbes

Que de sexisme, il faut accuser

Avec fureur d’un ton acerbe

Qui va si bien pour les fusées

Quand les flèches de la rudesse

Se seront finalement émoussées,

Quand le lierre de la sagesse

Les amazones aura calmées

Dans un équilibre robuste,

On raisonnera enfin juste.

Entre temps, tapez-moi sur les doigts

Si vous vous en sentez le droit.

 

 

 

 

 

 

 

Radotage: l’autre dimanche

17 janvier 2021

L’autre dimanche

Ah ! tu étais l’autre dimanche

Tous feux éteints et sans sourire

Comme une fleur qui penche

Quand l’été est venu la frire.

Mon épaule t’ai proposée

Pour un moment te reposer.

Un bref émoi tes joues a rosi,

Tu as dit non pourquoi pas oui ?

Je n’aurais pourtant pas

Profité de ta faiblesse

Je ne t’aurais pourtant pas

Imposé mes caresses.

Cet article a été posté le Mardi 8 octobre 2013

 

Une petite plante….

17 janvier 2021

 Qui sème en pleurs recueille en bonheur. 

?????????????????????????

Cet adage serait-il trompeur?

 

C’était une petite plante

Un peu trop frêle et peu fertile

Mais qui, reniflant la fiente,

S’est faite rampante, ductile,

Pour, sur les relents de cadavre,

S’ériger un trône de roi,

Se construire, à l’abri, un havre,

En tous cas c’est ce qu’elle croit.

Mais à remuer la fumure

Elle fit pleurer tant de gens

Les gaz pestilentiels s’échappant

Sans masque et sans armure

Certes elle pollua le firmament

Mais elle sortira de l’aventure

Encore plus nulle qu’avant.

 

 

Et le plaisir, bordel?

16 janvier 2021

 Il faut donner peu au plaisir,

mais beaucoup à la santé. 
C’est ainsi que robots sans désirs

Aux privations nous ont livrés.

Allez, debout, tôt travaillez,

Mais aussitôt le soir rentrez.

Pas de bistro,

Pas de restau,

Pas de ciné,

Ne pas danser,

Fi du théâtre,

C’est saumâtre!

Les livres itou, on ne sait jamais

De mauvaises pensées, ils pourraient,

Pire que coronavirus

Un peu vous titiller l’anus!

radotage: Lulu

16 janvier 2021

« LULU »

Depuis plus de quarante ans

Elle fut fidèle au poste

Apportant incessamment

Du plaisir à qui accoste.

Ses cheveux longs, blond platine

Toujours coiffés impeccablement

Avaient blanchi au fil du temps

Mais elle restait « à la turbine ».

Debout quelque soit le temps

Dans le coin de la forêt

Elle attendait le client

Au tapin et puis après.

Elle a disparu un jour

Sans qu’on sache trop pourquoi

Je n’étais pas de ses amours,

Mais elle manque au coin du bois.

Cet article a été posté le Jeudi 3 octobre 2013

12345...345