Taille d’osier…

26 mars 2017

Sur le monticule Epinousa

Je suis monté ce matin là

Jour que l’on dit d’annonciation

De travailler interdiction

Sanction? sanction? Quelle sanction?

J’ai taillé mes armariniers

Mais je ne suis pas Pierre Combet

Pas de remarques de ma moitié

Et mes osiers point ne saignaient.

Pourtant, j’avais bien espéré

Voir une vierge me chapitrer:

Dans la vigueur du printemps

La sève qui monte partout aidant

Je lui aurais volontiers

Par  les caresses appropriées

Fait découvrir la volupté.

A SAINT GEORGES

25 mars 2017

Hé! Dis-donc, Saint Georges! A quoi servait ta clé?

Cette clé qui traînait, les gosses l’ ont ramassée.

Fermait-elle un sépulcre, lieu de rites sacrés?

Fermait-elle un coffre plein de bijoux dorés?

Un objet de ce genre ne doit jamais traîner!

Tu as trahi confiance! Tu dois être hué!

Maintenant que les gones s’en sont emparés

Va t’en donc essayer de la récupérer!

Elle est posée par ci, par-là elle est posée

Tu crois l’avoir trouvée, déjà s’est envolée.

Et le renard qui passe, ne pas le regarder

C’est bien toujours trop tard quand tu t’es retourné!

Dans le chant des gamins, tu as ta renommée

Si ce n’est pas sérieux, tant pis! Allons jouer!

Un objet de ce genre ne doit jamais trainer

Tu as trahi confiance, sois-en remercié!

Concours de vitesse

23 mars 2017

C’est un jeu certains matins

Je sors: il n’y a plus de chien.

Il a filé comme une anguille.

Je crie, j’appelle, je m’égosille

Je ne le vois pas rentrer

Il va falloir le chercher…

Mais, souvent,je le vois loin,

Il s’arrête, ne revient point.

Je monte dans la voiture

Je suis bon pour l’aventure!

Sortir, foncer le récupérer

Avant qu’il ne se soit éloigné…

Il comprend mon intention

Montre bonne résolution

Vient se poser sur la route…

Et s’enfuit vitesse toute!

Je m’arrête, je l’appelle

Il a envie de se faire la belle!

Revient vers moi lentement

Tête basse humblement…

Mais dépasse la voiture

Et il part à toute allure

En direction de la maison?

Pas seulement! Non! Non! Non!

Car ce chameau intrépide

Veut se montrer le plus rapide!

Au soleil du printemps

22 mars 2017

Dans le jardin, au grand soleil

Les salades toutes rêveuses

Tendent leurs feuilles paresseuses

Encore engourdies de sommeil.

Les fraisiers ont ouvert des fleurs

Que les abeilles butineuses

Viennent fouiller fureteuses

Des pétales, jusqu’au coeur.

Le cassissier un peu frigide

A tellement couché ses branches

Qu’elles ont, par marcottage avide,

Formé des racines, plantes franches.

Les framboisiers envahissants

Ont rampé sous la croûte humide

Et surgissent, turgescents,

Loin de leur base laissée vide.

Un petit bouquet de tulipes,

Ressurgies du printemps passé

En pointe tendent leur lippe

Prêtes à s’ouvrir au baiser.

Tout est attente, en atours

Tout est évocation d’amour.

Route de montagne

22 mars 2017

 

 

Vers la montagne, pour grimper

La route des gorges était fermée

Finie la route large et droite,

Place aux voies torses et étroites,

Aux chemins très sinueux,

Aux virages épingle à cheveux,

Aux surplombs vertigineux.

Le passage dans la cluse

Est si beau qu’on s’en excuse:

Venir troubler la sérénité,

Quel blasphème! Quel péché!

Les falaises qui se dressent

Regardent le voyageur

Avec un regard de maîtresse

Grondant les vilains farceurs.

On débouche sur des plateaux

Encore couverts de lambeaux

De la neige qui naguère

Recouvrait tout ce parterre.

Des ruines laissées par la guerre:

Tout un village de pierres…

Et tout un chemin de croix

Pour rappeler ces voix

Qui chantaient dans les grottes

Le beau chant des partisans

Qui bravaient le bruit des bottes

Et combattaient bravement

N’en déplaise à M. HAMON

21 mars 2017

Je suis POUR la clause « Molière »,
Et ce n’est pas xénophobie!
Je vivais à Feyzin naguère…
Près des cuves de la raffinerie.
Il y avait à l’époque plein de travailleurs portugais
Pour la plupart qui ne parlaient pas le français.
Une entreprise du voisinage
Avait fait sa spécialité du nettoyage
des cuves pleines de produits dangereux.
Pour la rentabilité la plus grande,
Elle avait trouvé que c’était mieux
Elle choisissait des étrangers…
Lesquels friands d’ efficacité,
Au lieu d’agir de l’extérieur
Comme cela… Attention! Vapeur!
Etait écrit, bien visible,
BIEN LISIBLE,
Dans le fond des cuves descendaient
Et parfois, jamais ne remontaient…
Le patron à chaque décès
Lors de l’enquête prétendait
Qu’en se penchant trop, intoxiqué
L’ouvrier était tombé…
Il fallut trois morts malheureuses
Car les consignes de sécurité
Si lisibles, si visibles, si impérieuses….
Ne lisant pas ne comprenant que mal le français,
Les ouvriers les plus zélés
Au fond des cuves descendaient
En toute ignorance du danger.

Calligramme (essai)

20 mars 2017

 

s

                                                                                t

                                                                                n 

                                                                          a 

    s                                                                         h   

     p                                                                       c

     m                                                                   

      a                                                                    e

      h                                                                   d  

      c

                                                                           r

       s                                                                  i

        e                                                               a

         l                                                              ‘

                                                                       l

          s                                                          

           u                         s                                r

            o                       r                                e

s             t                    u                 r              r

p                                 e                 u    r        b

 m             s                l          r       o    u       i

  e             n               f          u      t     o       v

  t              a                         e      n    m

  n             d               s        d      e    a        e

  i                              e        r      l     ‘        r

   r              s            d        e     a     l        i     s

    p             é                    v                    a    t

                   r           e             e      e     f    n

     e            p          r        e    n     d          a

      l                       t        r     i            t   t

                  s          i        d    a     s    n  û

       t          e         a       n    l     e    e  o

        i          l         r       e   p    c    n  v

        a                  a      t          r    n  n

         n        s      p           a    o   e  e

                   u            s    l    f    i

           e      o    t      è             v  x

            u     t    i      r   e   s        u

             q        o     t   r   e    s  e

                   s  v        v   l    e   i

               s   n     e   u        i   d

                è a n   n  o   t   n   a 

               D  O  U  C  E  U  R

ratage!

20 mars 2017

Inspiré par une image (Renaud et poésie 1er mars 2017)

19 mars 2017

Ne te cache pas jolie nymphette

Pour décoder le beau billet

Que t’a caché le poète

Entre les pierres du muret.

 

Pour décoder le billet

Ton coeur bat trop la chamade

Entre les pierres du muret

Chaque jour a ton aubade

 

Ton coeur bat trop la chamade

Tu ne peux le dire à personne

Chaque jour a ton aubade

Comme Noël en personne.

 

Tu ne peux le dire à personne

Tu te caches dans les fleurs

Comme Noël en personne

Quand il arrive, ce bonheur.

 

Tu te caches dans les fleurs

Et leur parfum qui t’enivre

Quand il arrive, ce bonheur

Explose en fureur de vivre.

 

Et leur parfum qui t’enivre

Qui t’embaume tout entière

Explose en fureur de vivre

En doux rayon de lumière.

 

Ne te cache pas, jolie nymphette

Toi, embaumée tout entière,

Va rejoindre le poète

Va partager sa lumière!

Notre TATA

18 mars 2017

Lorsque je sarcle les fraisiers

Je vois notre tata sans cesse

Qui s’affairait dès le lever

A la binette,sans paresse

 

Je vois notre tata sans cesse

Avec un chapeau de paille

A la binette sans paresse

Tablier serré à la taille.

 

Avec un chapeau de paille

S’acharner dans les allées

Tablier serré à la taille

Les mauvaises herbes à chasser

 

S’acharner dans les allées

Qu’importait le chaud ou le froid

Les mauvaises herbes à chasser

Sinon jardin en désarroi

 

Qu’importait le chaud ou le froid

La terre ,elle, n’attend pas

Sinon jardin en désarroi

Si pas récolte, pas  repas

 

La terre, elle n’attend pas

Dos en compote ou mal de bras

Si pas récolte, pas repas

Faut travailler! ya pas! ya pas!

 

Dos en compote ou mal de bras

Dans une ferme, c’est comme ça

Faut travailler ! Ya pas! Ya pas!

De choix, il n’y en a pas!

 

 

12345...210