Clown hors normes

18 septembre 2018

Il a quitté les sons d’ici-bas

Pour des musiques plus célestes,

Les parades, depuis, ne sont pas

Autres que corsos modestes.

Chapeau haut de forme

Et frac de cérémonie,

Il jouait les clowns hors normes

Pour ouvrir le défilé de l’harmonie.

Certains se moquaient de sa dégaine:

Démarche en rythme, ondulante,

Leurs sourires me faisaient peine:

C’était son jour de gloire éclatante.

Depuis, chaque année, la rosière

Attend pour ouvrir son chemin

Un personnage extraordinaire,

On ne lui trouve que des larbins.

Une fois, un garde champêtre,

Une autre, un groupe de gamins,

Une autre encore, voiture d’ancêtre,

Voire même un auguste nain…

Qu’importaient les rieurs en planque,

Ce vieux bonhomme me manque.

Rencontre….

17 septembre 2018

L’enfant courait innocemment

Sur le sentier de montagne

Trente mètres devant ses parents

« Je cours plus vite, je gagagne! »

Justement, conte magique

On leur avait signalé

Une biche magnifique

Qui, la veille, était passée.

« Sûr qu’elle est dans les parages,

Chut! Il ne faut pas l’affoler »

Mais au dérour du virage,

Ce sont deux loups qu’il a trouvés.

Les grands arrivant sur l’heure

N’ont pu que les voir filer,

Mais, seul qui sait quel malheur

Il nous faudrait déplorer?

Ces animaux qui pullulent

Puisqu’ils ne sont pas chassés

Non seulement nous acculent

A cesser les randonnées

Mais c’est un jour peut-être un autre enfant

Qu’ils oseront attaquer

Mais c’est peut-être un autre enfant(le vôtre peut-être?)

Qui mourra éviscéré.

La serpillère

14 septembre 2018

Vous connaissez la serpillère

Ce bout de chiffon épais

Que l’on place au bout du balai

Pour aller laver le parterre?

Elle se tord, elle se convulse

Pour se plieer à volonté

A la demande de qui l’impulse

Dans la fange sans vanité.

Pleine de boue, peu importe

Tordue essorée, replongée,

C’est la plus vile, en quelque sorte

Des torchonnettes à éponger.

On a vu ainsi naguère

Quand le veneur a sifflé

Des politiques serpillères

Se mettre à ramper affolés

On a vu ainsi naguère

Des gens toute honte bue

De quatrième place fière

Redescendre dans la cohue.

 

Petite vicieuse

8 septembre 2018

Je fus l’objet d’une attaque

D’une petite vicieuse.

Non! N’en voulait pas à mon sac:

C’était une petite suceuse.

Elle me pompa, me suça tant

Que mon membre s’en trouva gonflé…

Elle me pompa me suça tant

Que j’eus très mal à l’écarter.

Je dus, bien sûr, m’en séparer,

Soigner mon membre décuplé,

Mais elle laissa en souvenir

Une auréole bien tatouée.

Certes mon bras est dégonflé,

Il peut ployer, venir, aller,

Mais je suis bon pour déguster

Des antibios pour une quinzaine

Mais je suis bon pour trembler

Que dans sa folle prétentaine

Quelque séquelle elle ne m’ait léguée

La sale tique

Maléfique.

 

Campeuses

8 septembre 2018

Elles partaient le sac au dos

Deux jolies déesses d’Amiens

Pour aller camper dans un jardin

Chez le voisin, un peu plus haut.

« Ne passez donc pas si vite!

Je vais,sûr vous déclamer

Des vers, une histoire écrite

Pour les touristes qui vont passer. »

Enjôlé par leur sourire

J’ai pêle-mêle enchaîné

Fausse légende, et même pir,

De politique discuté…

Sont reparties d’un bon pas,

Je les aurais bien suivies

Mais le voisin n’aime pas

Que je drague ses amies

Je les aurais bien suivies

Mais marcher longtemps ne peux pas.

Toujours les mêmes!

26 août 2018

Ils n’ont vraiment pas changé,

Ces Allemands entêtés.

Ventre vide, marcher, marcher

Et de l’eau à volonté

C’était le régime des prisonniers

Par les nazis imposé.

La Drôme de nouveau occupée

De leurs délires est encombrée

Mode des jeûnes-randos

Purge, marchez sac au dos,

Vous allez vous régénérer

Ouais! Enfin à votre gré

Vous irez bande de masos

Suer souffler et raquer

Ah! Oui! Remplir les poches

D’une petite poignée de Boches!

Voitures (2)

26 août 2018

Je n’ai pas besoin pour masquer

Mon impuissance ou ma bêtise

D’objets qui peuvent faire bisquer

Les jaloux qui toujours visent

Les vaniteux de l’apparence.

J’ai la grande outrecuidance

De pouvoir vivre sereinement

Sans pétaradante Maserati

Sans rutilante Ferrari

J’existe sans suivre les moutons

Car pour moi qu’importent les « .ons »

Ma 203 de cretonne fleurie

Mon AMI6 tant chérie

Ma 4l de vénilia tapissée

Mes ZX renouvelées

De cela savent témoigner.

Je me souviens de cette leçon

Que mon père nous donna à sa façon:

Il avait toujours eu des « os »

Des voitures qu’on jetterait dans la fosse

Qui ne pourraient vivre davantage,

Ayant eu par quelque avantage

Une bagnole neuve pour circuler

C’est à son volant qu’il s’est tué…

Voitures (1)

26 août 2018

L’Etat qui n’eut pas de scrupules

A m’obliger à résider

Sous le panache majuscule

D’une raffinerie sinistrée,

(Quand à cent kilomètres à la ronde

On voyait flotter les fumées

Quand la censure immonde

Interdisait d’en parler,

Quelle importance que mon bébé

Par les poussières soit intoxiqué

C’était ainsi, rien à râler)

Vient aujourd’hui m’interdire

L’accès à certaines agglos

Parce que, selon ses dires

Mon diésel vieux serait trop…

Eh! Bien! Messieurs les écolos

Est-ce justice, égalité?

Sans vous vive la liberté!

Je roulerai dans ma vieille

Dont vont moins loin les fumées

Dans le nez seulement sommeillent

Alors que les gaz filtrés

Sont infiltrés dans le sang

DIRECTEMENT!!!!

 

Ils viendront!

26 août 2018

Ont entendu ta réplique

Gros rouleur de mécaniques

« Qu’ils viennent donc me chercher

Je suis le seul à condamner »

Ils vont venir te chercher

En musique, en musique!

Ils vont venir te chercher

Leurs mains porteront des triques.

Tu crois donc que ta position

C’est magique, c’est magique

Tu crois donc que ta position

Arrêtera tout le cirque.

Tes cheveux pourtant rebiquent

Tu paniques, tu paniques

Tes cheveux pourtant rebiquent:

Certains sont armés de piques.

Tu as pensé : »c’est l’été…

Moins de risques, moins de risques »

Tu as pensé : »c’est l’été » …

Je pourrai leur faire la nique »

Mais ils ne vont pas lâcher

Polémiques, polémiques!

Mais ils ne vont pas lâcher

Tu devines ce que tu risques!

Pauvre petit Zeus de cirque

Ta cour chic, ta cour chique

Pauvre petit Zeus de cirque

Ton trône sent la colique.

Roule, roule des mécaniques

Pique, pique et collégram

Justifiée est ta panique

Cela va finir en drame.

Subtil ou futile

22 juillet 2018

Avec sa gueule de premier communiant

Major d’E N A et tout et tout

Certains l’ont mis au firmament

Ils voyaient un grand manitou.

On le pensait raisonnable

Bon gestionnaire et avisé

(Cent bornes d’avion c’est rentable

Et une piscine ultra privée.)

Fort de son raisonnement

A répéter « en même temps »

On le croyait super subtil….

L’était bien sûr chéri des riches

Les pauvres les voyait vils

Large, pour certains, mais chiche

Pour les hères, qui vivent mal!

Il fit obsèques nationales

A un déserteur fiscal…

Rétablit les chasses à courre

Comme en période médiévale

Et pour manifester ses amours

Fit passer le jeu de ballon

Avant le plan anti misère…

On croyait qu’il avait des dons,

Qu’il nous sortirait de galère,

Mais voilà, ce sont choses inutiles

Qui retiennent son attention…

C’est un président futile

Attention:  à l’horizon!

Ne voilà-t-il pas que, bien pire

Dans l’ombre, on manipule des sbires….

 

12345...250